lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2009

A propos du Moyne

Couverture .jpg

 

 

La dernière chronique du Moyne de Saire (12, suite et fin) a été postée la dernière et se retrouve en tête de blog. J'avertis mes aimables lecteurs et visiteurs qu'il vaut mieux commencer par la chronique n°1et poursuivre dans l'ordre (2,3,4...etc). On y accède aisément en cliquant sur la catégorie culture, ci-dessous à gauche. Les illustrations, toutes originales, sont dues à Dominique qui est une artiste modeste et géniale !

12:54 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

18/02/2009

Chronique du Moyne 12-Les méfaits du Moyne de Saire (suite et fin)

 

 

belles ames WEB.jpgA la fin de ce triste XV° siècle, le manoir était en ruine et ses terres dévastées. La lignée des Giron était éteinte  et la famille Quétil vouée aux enfers. Il fallut attendre plusieurs dizaines d'années pour que le Domaine se reconstruise grâce aux efforts des vilains qui rétablirent courageusement les digues et qui labourèrent les champs. Un autre Seigneur venu de Sicile, dont les ancêtres avaient fait les Croisades, bâtit un nouveau Château.

C'était une demeure bien différente de l'ancien manoir, ouverte sur le parc  avec des grandes fenêtres et des beaux ornements. Les temps avaient changé. On ne faisait plus la guerre comme autrefois et les mœurs s'étaient adoucies. Un nouveau pont en pierre remplaça l'ancien pont de bois dont les madriers étaient pourris. Autour de l'église  bien entretenue et agrandie s'installa un vrai village avec des échoppes et une école. On y trouvait un forgeron, un cordonnier, un boucher, un marchand de tissus et de boutons et plusieurs auberges.

 Malgré ce retour apparent à la paix et à la prospérité, le souvenir du Moyne de Saire ne put s'effacer des mémoires. Son fantôme continuait de hanter les prairies et les grèves. Plusieurs personnes affirmèrent avoir vu et croisé une haute silhouette blanche qui leur faisait des grands signes. Quelques uns, plus audacieux, racontèrent qu'ils s'étaient enhardis jusqu'à parler à l'apparition et même la toucher. Ils affirmaient qu'il s'agissait bien du Bénédictin défroqué dont le visage était couvert d'horribles cicatrices et dont les orbites étaient vides.

  Ces rencontres avaient toujours lieu la nuit,  par temps de brouillard ou de tempête et se produisaient avec des personnes seules, aussi bien  des hommes que des femmes. Ceux ou celles à qui c'était arrivé et qui en avaient réchappé,  racontaient leur histoire en tremblant. Mais il y avait aussi tous ceux qu'on retrouvait morts le lendemain ou bien ceux qui disparaissaient à jamais dans les flots tumultueux.

 On racontait alors que les paroissiens et les paroissiennes qui avaient enfreint les Dix Commandements ou blasphémé devaient s'abstenir de traverser le Pont de Saire  après le crépuscule. Plusieurs ramasseuses de coques qui avaient couché avec leur curé furent retrouvées folles sur les grèves . Des paysans qui avaient parjuré Dieu avaient vu leurs tonneaux de cidre changés en eau ou bien leurs vaches laiteuses complètement taries.. Les mariniers qui se rendaient coupables de petits larcins, se voyaient empêchés de retrouver leurs lignes ou leurs filets et les homards étaient changés en cailloux dans leurs casiers.

 

On avait aperçu nuitamment le Moyne parcourir le cimetière, occupé à ouvrir les tombes et à choisir les âmes qu'il expédiait en Enfer. Le Moyne était particulièrement sévère avec les jeunes filles qui fautaient avant leur mariage en allant s'ébattre les jours de foire avec les garçons de ferme dans les fossés ou dans les dunes. Plusieurs d'entre elles attirées  par un beau jeune homme en soutane blanche qui leur faisait des signes d'amitié, se perdirent  par les grèves de marée basse et y trouvèrent la noyade et la mort.

Les gens racontaient tout cela lors des longues veillées d'hiver et ces histoires faisaient trembler les grands et les petits. Malgré tout , à mesure que les années passaient les gens du pays s'habituèrent aux méchants tours du Moyne. Le fantôme terrifiant se mua en goubelin plus ou moins débonnaire dont les pièges et les farces faisaient rire, souvent aux dépens de la victime. On oublia qu'il s'agissait d'une créature du Diable et on considéra de plus en plus qu'elle était le fruit des hallucinations des malheureux qui forçaient sur la bouteille ou qui avaient l'esprit dérangé.

Aujourd'hui même les témoignages fiables des activités du Moyne de Saire se font rares. Le dernier racontar, qui remonte à 1910 est une sombre histoire de congre qui se serait échappé de la maône d'un pêcheur au lanet. Après que le malheureux ait ramené sa pêche à sa masure et au moment ou il ouvrait le panier pour montrer la superbe prise à sa femme, la bête sauta hors comme un cabri et retourna à la mer en se moquant des deux vieux,  qui demeurèrent les bras ballants, paralysés par la surprise et la peur.

 Après maintes recherches sur d'autres dossiers semblables nous avons trouvé une explication à cette désertion de notre fantôme. Nous sommes enclins à penser qu'au fil des siècles la méchanceté et la cruauté du Moyne se sont transformées en une malice débonnaire qui ne faisait plus peur à personne. C'est à ce moment là que Satan a du intervenir, constatant que le piège du Pont de Saire ne fonctionnait plus comme il l'aurait du. Une nouvelle fois le Diable vint rendre visite à notre petit pays. Il saisit Le Moyne de Saire au collet,  et l'entraîna pour l'éternité dans les ténèbres.

 Depuis cela la petite rivière peut couler en paix à travers champs et bois jusqu'à la grève. Mais nous devons nous garder de tout oublier car du jour au lendemain, la bête immonde peut revenir sans crier gare  et trouver un successeur au vieux fantôme. ( 1 )

 

( 1 ) Nous venons d'apprendre qu'un vieux Révillais notable considérable et tout à fait digne de foi détenait des photographies,  qu'il aurait prises lui même et de nuit sous le Pont, sur lesquelles on discerne une sorte de capucin sans visage.

 

Réville et Teurthéville, 2008

 

16:11 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

Chronique du Moyne 11-Le règne du Démon

GonnevilleWEB.jpg

Après ces évènements extraordinaires rien ne se passa plus comme avant. Giron qui avait festoyé plusieurs jours au Château avec sa compagnie repartit avec le trésor maléfique que le diable avait laissé lors de sa mémorable visite. Il courut le pays pendant quelques semaines en faisant valser les pistoles. L’affaire du Château finit par s’ébruiter et il devint notoire que Giron se trouvait en possession d’un trésor considérable. Par prudence le Sire enterra secrètement ses coffres au pied d’un grand faisnier de la forêt de Brix.

 

 

Cet arbre  lui avait été indiqué pour avoir des vertus magiques par un sorcier du Teil, mort quelques années auparavant . Ce hêtre majestueux  avait le pouvoir  d’éloigner les esprits et de faire fuir les mortels, car on avait gardé le souvenir de plusieurs manants qui avaient été foudroyés là un soir d’orage. Giron se fit aider par son garde-chasse borgne , l’horrible Mal-Oeil, pour creuser un trou profond qu’il recouvrit de plus d’un mètre de terre après avoir déposé ses coffres. Il dissimula le tout par des herbes et des feuilles mortes. Lorsque l’opération fut terminée il prit la précaution d’occire son serviteur . Il se débarrassa du corps en le jetant dans un puits, à plusieurs lieues de sa cachette. On crut alors qu’un braconnier était l’auteur de l’assassinat .

 

 

Pendant ce temps la compagnie du vieux Giron n’avait fait que s’agrandir en attirant de toute la contrée les soudards et les pique-assiette. Ceux-ci devenaient chaque jour plus gourmands et plus exigeants. Le Sire tenta bien de restreindre les dépenses, mais les lansquenets et les putains devinrent agressifs et menaçants. Un soir qu’ils fêtaient dans la salle d’armes de la forteresse de Gonneville, le Châtelain de la place, désargenté, entreprit  de se saisir du trésor. Il réunit une petite troupe qui lui était toute dévouée et s’empara de Giron. Le vieux Sire fut empoigné et ligoté dans les caves du Château pour être  soumis à la question. Le Sire de Gonneville voulait savoir où l’or avait été dissimulé.




On infligea à Giron le supplice de l’eau et celui des brodequins. Il resta suspendu aux voûtes pendant plusieurs jours par des chaînes et de lourds anneaux de fer. Comme le malheureux ne voulait rien avouer, on lui chauffa les pieds et on lui brisa les membres. Pas un mot ne sortit du gosier de Giron si ce n’est des jurons et des invectives. Excédé,  le sire de Gonneville fit chauffer à blanc son four à pain et enfourna lentement le vieux chevalier en lui réclamant son trésor. Rien n’y fit et le Seigneur Giron perdit la vie dans d’atroces souffrances, grillé vif et rôti comme un porc.

 

 

Tous les gens du pays surent à ce moment là que le Dieu tout puissant avait livré Giron aux flammes de l’Enfer en expiation de ses impardonnables péchés. Comme des bruits avaient couru sur l’emplacement du trésor, on vit dès ce moment là des gens de toutes sortes, nobles désargentés ou pauvres hères tenaillés par la faim, se répandre dans les campagnes du voisinage et fouiller la terre au pied des grands arbres. Ce fut en vain, nul jamais ne retrouva ni coffre ni or.

 

Les Chanoines et les Evêques affirmèrent en chaire, y compris dans les cathédrales,  que l’or du diable pouvait conduire le pays à sa perte. Ils convièrent chaque Dimanche les paroissiens à prier pour qu’on ne retrouve jamais le Trésor maudit.

 

Cet hiver là d’autres évènements tout aussi terribles vinrent affecter les gens du Château. A la suite de l’intervention de Satan, don Ramon était devenu de plus en plus secret et tyrannique. Il pressurait les vilains jusqu’au dernier sou et les remplissait de crainte et d’effroi. Plusieurs familles durent fuir par les chemins pour éviter les exactions du terrible Moyne. Au dedans du manoir il abusait de son infâme autorité, soumettant tous ses gens aux lubies infernales inspirées par  le Démon.

 

Celle qui avait le plus à souffrir était la Dame Aurélie, que le diabolique religieux traitait comme une moins que rien. L’abbé Cresté en personne recevait des coups et se voyait contraint de réciter des prières à Satan remplies d’obscénités. Le petit Saufgrain était devenu l’ esclave du possédé et il ne pouvait plus se déplacer qu’entravé par de lourdes chaînes.

 

Les affaires du domaine allaient de mal en pis, les vaches n’étaient plus traites et les rats qui dévoraient les réserves de grains pullulaient. Au mois de Mars suivant, lors des grandes marées d’Equinoxe, se présenta une énorme tempête de vent d’amont qui faisait suite à plusieurs semaines de pluies ininterrompues. A marée haute la mer démontée enfla et partit à l’assaut des terres.

Elle emprunta l’embouchure de la Saire et envahit toutes les prairies qui jouxtaient le manoir, noyant les vaches et les chevaux. Pendant plusieurs jours on ne sut plus où était la terre et où était la mer, seuls les arbres dénudés et les murs du Château émergeaient de ce spectacle de désolation. Quand la mer se retira il n’y avait plus que boues et que ruines jonchées de cadavres d’animaux.

 

 

Devant un tel malheur la Dame Aurélie se réfugia à l’étage du manoir, fermant sa porte au satanique Ramon. Elle se retira dans la tour où seul l’Abbé Cresté venait nuitamment lui rendre visite pour calligraphier des grimoires que lui dictait la Dame. C’est un de ceux-ci qui fut retrouvé enterré dans l’allée du parc.

 

 Aurélie perdait peu à peu la raison,  défigurée par une maladie honteuse. Comme elle n’avait plus d’argent, elle n’avait plus d’amis. Les fêtes d’autrefois avaient laissé la place à la solitude et à la désolation. Ses serviteurs l’avaient abandonnée, sauf Piquette qui lui portait des écuelles de plats dégoûtants dans lesquels la souillon ajoutait des immondices. C’était elle maintenant qui avait droit de vie et de mort sur la noble dame. Elle maniait la trique et le fouet pour les motifs les plus futiles. Aurélie passait ses journées dans le froid et l’humidité en pleurant et en tremblant de terreur.

 

 

A partir de ce moment Ramon s’enfonça encore davantage s’il était possible dans la noirceur et la cruauté. Par une nuit sans lune, il surprit l’abbé Cresté qui se faufilait dans les escaliers. Avec une rage froide il saisit le curé à la gorge et le traîna jusqu’en haut de la tour pour le précipiter dans le vide. Le corps du pauvre homme s’écrasa comme un sac sur les marches du perron. A cause du vent glacé qui parcourait les salles du manoir, le meurtrier commanda à Piquette un feu monstrueux qu’il alimentait sans cesse avec des énormes bûches. Il avait résolu de tourmenter une fois encore le petit valet en lui brûlant les pieds. Mais la cheminée devint un brasier poussé par les vents de tempête qui incendia les poutres et les chevrons du toit. Bientôt un feu gigantesque vint dévaster tout le Château.

 

 

Prisonnière dans sa tour,  Aurélie hurlant de terreur  fut dévorée par les flammes. Le Moyne chantait et riait en contemplant l’incendie et en écoutant les plaintes épouvantées d’Aurélie. Il avait pris soin d’enfermer dans les cuisines Piquette et Sauf-Grain qui furent à leur tour brûlés vifs sans qu’on leur porte secours. Ils méritaient bien eux aussi d’aller en Enfer. Bientôt tout redevint silencieux, on entendait seulement de loin en loin une poutre qui s’effondrait ou une pierre qui se détachait des murailles.

 

 

Incendie_WEB.jpgQuand tout fut terminé , le Moyne se tourna à nouveau vers son sinistre Maître Lucifer et implora son aide. Celui-ci se manifesta sous la forme d’une chouette énorme qui vint se percher sur son épaule. L’oiseau démoniaque  tout gris et noir avait des cornes au dessus de deux gros yeux ronds qui lançaient des éclairs . L’animal lui tînt tout un discours. Tu vois Moyne quelle est la puissance de ton Seigneur Satan. Les mauvais sorts que j’ai répandus sur les terres du manoir ont eu de terribles effets. Tous tes ennemis sont morts, Giron, Mal-Œil, Cresté et tous les autres. Ta complice Aurélie va trouver une bonne place dans le feu de l’Enfer et elle pourra tout à loisir se réjouir avec mes diablotins.

 

 

Je te dois des louanges pour la manière dont tu as exécuté mes ordres en respectant mes plus sombres desseins. Je pourrais t’accorder une place éminente dans mon Royaume.  Tu siègerais à mes côtés pour organiser et améliorer encore les forces du mal. Néanmoins je te dois bien quelque reconnaissance pour m’avoir si bien servi.  Je t’autorise donc à rester sur terre à la seule condition que tu demeures  mon excellent ministre. Ton devoir sera de pourvoir mon royaume en âmes pénitentes. Pour ce faire tu monteras la garde au Pont de Saire pour l’éternité et par tous les temps. Tu enrôleras  tous ceux et toutes celles qui auront quelques mérites. Souviens toi bien de mes recommandations. Tu ne dois laisser aucun ou aucune misérable m’échapper. D’ailleurs je serai toujours derrière toi et je veillerai à ce que tu exécutes ta tâche avec une précautionneuse minutie. A la moindre incartade tu rejoindras en Enfer la foule innombrable des damnés pour l’Eternité.

 

A ces mots l’oiseau sinistre se fondit silencieusement dans la nuit.


10:58 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

14/02/2009

Chronique du Moyne 10- L'apparition du diable

 

 

 

 

diable_WEB.jpg

Le Moyne n’avait pas étudié pour rien pendant des nuits entières,  l’alchimie, l’exorcisme et la sorcellerie. Sa fréquentation assidue des créatures démoniaques et sa connaissance approfondie des manœuvres occultes lui permirent d’employer les manigances habituelles de l’Empire des Ombres…

 

 

Il avait lu dans les grimoires que nul ne pourrait l’atteindre s’il passait de l’autre côté du miroir, ainsi qu’il est dit dans le Sepher Jetzira de Akiba. Il jeta alors sur son père  un regard terrible où brillaient des flammes de la haine qu’on aurait dites sorties du plus profond de son cœur de fauve. Que le diable m’emporte si j’ai un seul denier à vous remettre ! lança-t-il, Satan qui nous observe sait bien que mes poches sont vides et que je me suis ruiné pour payer vos frasques et vos procès !

 

 

Transfiguré il poursuivit : Le prince des démons, Lucifer lui-même,  est aux aguets pour me venir en aide. Il vous fera payer vos paroles sacrilèges et votre impiété. Le feu éternel lèchera vos habits, il fera grésiller votre graisse immonde et enflammera vos chairs. Dans un grand élan il se mit à genoux en rejetant son capuchon dans son dos et brandit du côté de l’est ses index croisés. Il proféra alors d’une voix sourde :  Monseigneur des Ombres, Prince Belzébuth, je t’en conjure,  viens à mon secours car je suis ton Serviteur !

 

Tel un chamane en transes, le Moyne était devenu raide comme un mort et pâle comme un linge. Dans un dernier effort surhumain il  prononça  la phrase fatidique :

 «Grand Satan je t’en supplie, accepte moi dans ton Royaume .»

 

C’est à ce moment là que vint de loin un immense ébranlement, un grondement sourd d’abord,  puis un tremblement furieux qui fit sonner les cloches de l’église Saint Martin. On aurait cru que la terre allait s’ouvrir sous les yeux de l’assistance terrorisée. C’est par l’immense cheminée qu’apparut  finalement la Bête immonde. On aurait dit  un homme nu en tous points, mais poilu comme un loup et cornu comme un bouc. Ses pattes arrières avaient des sabots fourchus et ses mains se terminaient par des griffes acérées et crochues. Dans son dos battaient mollement des ailes de chauve-souris qui se terminaient par des plumes  noires comme celles d’un corbeau. Cependant le plus épouvantable était sa hure de reptile qui ricanait en vous fixant de ses yeux rouges.

 

-


Tous ceux qui étaient présents ont pu sentir son odeur nauséabonde, voir son allure de monstre et entendre sa triste voix qui serrait comme un étau le cœur des mortels. Plusieurs témoignages ont assuré que la bête utilisait le langage des humains.  Moyne, dit-il d’une voix semblable à nulle autre, je te surveille depuis longtemps déjà. J’ai suivi avec satisfaction tes progrès dans la science cachée de l’Empire des Ombres. Je te crois capable de faire de grandes choses si tu entres à mon service et si tu te laisses guider par mes soins. Je vais immédiatement régler à cet imbécile de Giron son problème d’argent, avec lequel je lui souhaite d’étouffer. Et toi tu vas me signer ce parchemin avec ton sang.  C’est une  reconnaissance de dette  par laquelle tu me vends ton âme. Et le monstre jeta sur la table un grand sac de pièces d’or et un rouleau de parchemin avec une dague acérée.

 

 

Toute la compagnie était terrorisée. Les  gens étaient raides et blêmes, y compris le furieux Seigneur de Giron, incapable de faire un geste ou de proférer un mot. Seul le Moyne poussa un immense soupir de soulagement en voyant le Démon arriver à son secours. Il déroula calmement le grimoire et lut à haute voix les mots grossièrement tracés à l’encre des sorciers (mélange de suie et de bave de crapaud avec d’autres ingrédients connus d’eux seuls) : «Je soussigné dom Ramon, Moyne défroqué, vends ce jour mon âme au Seigneur Diable contre une somme d’argent inépuisable remise ici même à Giron et qui me rend quitte de toutes mes dettes. Le Messire Satan décidera des heures, des jours , des mois ou peut-être des années qu’il me reste à vivre ici-bas. A l’échéance il me précipitera dans son royaume. Je m’engage à obéir en tous points aux Mille Commandements de l’Enfer et à me tenir prêt chaque jour aux injonctions de Messire Satan. »

 

 

Sans aucune hésitation le Moyne se trancha un doigt avec la dague posée là et signa de son sang «lu et  approuvé comme il est dit et écrit : signé Ramon, apôtre de Satan».

 

Aussi tôt tracée la signature fatidique, Lucifer car c’était bien lui, battit des ailes et alla se percher sur la plus haute branche des arbres de l’allée centrale . De là il jeta à la ronde des mauvais sorts qu’il sortait de deux pouches qu’il avait sur le dos. Il ricanait et poussait des hurlements de satisfaction en voyant toute l’assistance pétrifiée qui se signait à genoux et pleurait. L’abbé Cresté lui même la face contre terre et les mains jointes était tombé en catalepsie. Quand le Démon eut fini,  un éclair fulgurant vint sillonner les nuages noirs qui s’étaient amoncelés dans un ciel apparemment serein quelques instants plus tôt et la bête prit son envol pour s’évanouir dans les ténèbres.

 

 

 Le Moyne était ainsi devenu le Possédé du Diable. Il était le seul à avoir gardé tous ses esprits. Il se saisit d’une bouteille de vin et but à grands traits. Il faut arroser ça dit-il, me voilà devenu le ministre du Démon et en quelque sorte son Fondé de pouvoir. Il se tourna vers le vieux Giron et lui lança avec  un rire sardonique , buvez mon père à la santé de votre fils, vous vouliez en faire un homme à votre image, il est devenu un démon ! Vous ne pouvez plus rien contre lui, je vous prédis au contraire  que tous les malheurs et toutes les souffrances vont retomber sur votre tête. Tout endurci qu’il était, Giron baissa la tête sans mot dire, car il était certain d’avoir frôlé la mort, une mort aussi épouvantable que celle d’un Antéchrist. Néanmoins, il ramassa en tremblant le sac d’or que le diable avait laissé et le fit ranger sous clé dans un coffre.

 

 

A genoux Aurélie comprit qu’elle aussi avait été jouée par les forces démoniaques et qu’elle avait fauté avec leur authentique représentant. Elle eut l’impression bizarre d’être habitée par une nichée de vipères lubriques qui lui tordaient le bas du ventre. Elle sentit sa gorge se nouer et ses seins devenir flasques comme des outres vides. Elle se tourna avec désespoir vers l’abbé Cresté toujours figé dans un état cadavérique. Elle comprit que toute repentance était inutile et que l’Enfer l’attendait. Ramon enchanté de sa nouvelle identité, vida sa bouteille à lui tout seul car personne n’eut le cœur à trinquer et il sortit de la pièce en chantant comme un damné,  un cantique à la gloire de l’Enfer.

 

 


11:55 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer

12/02/2009

Actuelles 6 - Le maïs de la peur

MAISOGM_px_470__w_ouestfrance_.jpg

A la une

jeudi 12 février 2009

Le maïs OGM serait sans risque

 

Le débat est relancé. Le maïs génétiquement modifié du semencier américain Monsanto, dont la culture est interdite en France depuis l’an dernier, ne présenterait pas de danger pour la santé humaine. C'est un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, qui le révèle, selon Le Figaro.

J'ai toujours été rebelle et entraîné à ne pas accepter sans réévaluation les affirmations officielles. Pour une fois je suis du bon côté. Il va bien falloir que le gardien de chèvres moustachu et ses émules s'expliquent sur les soi-disants dangers des OGM et qu'ils utilisent un autre registre que celui de la peur de l'inconnu. Ils ont déjà trouvé une réponse : l'Afssa est à la solde du capitalisme mondial.