lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2010

Les mauvais comptes du photovoltaïque

photovoltaique432.jpg

J'ai déjà parlé des OGM et de l'entêtement malheureux des anti, j'ai aussi exprimé mes doutes quand aux garanties scientifiques concernant le réchauffement climatique, aujourd'hui c'est le prix de l'énergie solaire qui me fait dresser les cheveux sur la tête. Je me réfère pour cela à une analyse d'un chercheur de Toulouse spécialiste de la question (Le Monde du 27/01/10).


On sait que l'EDF rachète aux particuliers ou aux entreprises le kwh produit par les capteurs photovoltaïques à un prix préférentiel pendant les vingt prochaines années. Fixé à 60 centimes d'euro le kwh jusqu'en 2009, ce prix vient juste d'être réduit de deux centimes soit 58 ct à partir de 2010. La formule a du succès puisque les seules demandes nouvelles en 2009 fourniraient 5,4 gigawatts, soit l'équivalent de six centrales nucléaires, si elles étaient mises en oeuvre.


Il s'agit donc d'une bonne affaire, mais pas pour tout le monde. En moyenne, en Europe, dit le spécialiste, l'électricité coûte à produire environ 6 ct (toutes charges comprises incluant le démantélement) soit dix fois moins qu'avec les panneaux solaires mais en émettant 400 g de CO2 de plus. Un petit calcul permet d'évaluer un surcoût prévisible des 5,4 gigawatts pour EDF de 2,9 milliards d'euros et un coût de la tonne de CO2 évitée de plus de 1000 euros. On est loin des taux de valorisation prévus par la Commission Rocard qui proposait 32 euros, en accord avec les prévisions du GIEC sur l'évolution du climat.


On voit à quels excès nous mènent les terroristes de l'antinucléaire et du réchauffement. L'auteur de la note qui a l'air de savoir de quoi il parle confie qu'on peut faire les mêmes calculs à propos de la voiture électrique et de l'éolien ou des biocarburants. Si on généralisait la taxe carbone à 32 euros ne subsisteraient que les opérations économiques assurant un bénéfice par rapport à cette taxe, c'est à dire économisant du CO2 à moins de 32 € ! Et il il n'en manque pas comme par exemple l'isolation des bâtiments, le développement des transports en commun ou l'amélioration de l'efficacité des moteurs thermiques.


La pensée unique que sont en train de nous infliger les écolos bobos va faire mal au portefeuille collectif !

 

Les commentaires sont fermés.