lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2011

Je broie du Vert...

 

ps,écologie,verts,présidentielles,nicolas hulotSupposons que le PS, sous prétexte de gagner des voix lance sur orbite un guignolo comme BHL ou un bon à rien, comme le dernier prix Goncourt, on crierait partout au scandale ou à la supercherie. On accuserait notre Parti d’être sur une trajectoire attrape-tout et de se laisser pourrir par la démagogie et la veulerie intellectuelle. J’ai déjà reproché à DSK de se livrer à ce genre de facilités au bras de sa belle épouse Anne Sinclair. Les Verts sont en permanence sur cette tentation électoraliste avec des candidats de la « société civile » dont l’atout principal voire unique, est leur notoriété  médiatique. Nicolas Hulot est le dernier avatar de ces trublions politiques instables et recyclables pour différents usages ultérieurs.

 

Les écolos surfent sur les peurs de nos concitoyens qu’ils entretiennent  sans relâche par des mascarades habilement mises en scène. Ils crient partout qu’on va nous irradier, qu’on va nous empoisonner, qu’on va transformer notre terre en désert, et que nous allons finir rôtis ou noyés à brève échéance. Et que nous proposent ces oiseaux de malheur pour créer un monde nouveau ?  une juge d’instruction aux allures d’extra-terrestre ou/et un animateur de télévision dont la puissance politique est voisine de zéro. A en juger par l’imminence et  la gravité des menaces qui pèsent sur nous et nos enfants , les moyens de ces militants de la catastrophe sombrent dans un ridicule pathétique.

 

Mais on comprend la fourberie de la démarche. Les Verts chassent sur les terres du PS, plus à gauche qu’eux tu meurs. Au point où ils en sont, la radicalité irresponsable version Noël Mamer ne leur fait pas peur. Seuls peuvent encore résister quelques vieux « Trotskystes » confits de révolution mélanchonienne qui se réservent les dernières émotions du Grand Soir. Le PS lui, sait qu’on ne peut  pas bousculer les grands équilibres économiques sans d’infinies précautions,  sauf à envoyer tout le monde au chômage et appauvrir le peuple durablement. Il est contraint de tenir un langage de gouvernement, qui ne se comprend que dans la nuance. Voilà une situation favorable aux démagogues verdoyants, il suffit de pousser plus fort pour gagner des voix, et d'exiger du PS qu’il se couche.

 

Notre vieux Parti est tellement décrié par la droite et par la gauche, dont lui-même, que l’opération est facile. Il n’est pas impossible qu’avec des candidats en carton-pâte, les Verts servent la soupe à la vague bleue Marine, femme Le Pen, et qu’on n’aie pas de candidat de gauche au second tour des Présidentielles. Le problème est qu’il y a véritablement urgence à repenser les fondements de la politique moderne  humaniste et progressiste. Je dis à mon pote François qu’il faut qu’il se révolte. Nicolas Hulot comme beaucoup de créatures vertes est un leurre pour la pensée d’aujourd’hui. A cette ferraille clinquante et théâtrale il faut opposer le sérieux de nos vrais intellectuels, philosophes, agronomes, physiciens, économistes, penseurs de toutes obédiences qui travaillent dans nos laboratoires et nos Instituts. Il est grand temps de renouer avec nos savants et de les convier à endiguer les flots du m’as-tu-vu et de l’à-peu-près. Je fais des vœux pour qu’enfin l’intelligence s’occupe de notre avenir. 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.