lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2012

Le Printemps à la Rose

 Après le bain d'Auguste Renoir (1888)bernard cazeneuve,législatives,cotentin

J’entends déjà ricaner mes amis de droite qui ne désarment pas d’un clou ni d’une balle. Je dis ricaner parce que ces amis là n’ont pas le cœur à rire. Ils sont ulcérés par la défaite et contre toute évidence, prédisent les plus grands malheurs à la France. A l'instar de X. Bertrand qui lance sur France Inter que « Sarkozy disparu, la gauche va s’effondrer, car elle n’a tenu que par l’antisarkozysme » Et il augure « de beaucoup de malheurs et de beaucoup de déçus ». Cette droite arrogante joue contre la France, en torpillant sans motif évident  la confiance dans l’avenir. On se dit que l’UMP est groggy, incapable de se renouveler et encore moins prête à tirer une leçon rationnelle de sa défaite. Elle devrait d'abord se demander  de quoi est née cette vague anti-sarko qui a balayé le pays !

 

Il va leur falloir ensuite reconnaître que les électeurs ont élu à la présidence de la France un homme politique qui est l’exacte antithèse du sortant. Le contraste a été frappant à Berlin et à Chicago . François Hollande est apparu avec toute  la dignité et toute la réserve qui conviennent à un nouveau Président. Il s'est bien gardé  de critiquer l’ancien.  Malgré ses propres succès d’estime qui lui ont donné l'avantage,  il a résisté au plaisir de tacler ses adversaires qui lui avaient prédit les pires  scénarios dans lesquels il devait se ferait rouler dans la farine par les Germains et les Yankees. Là ou Sarko aurait expliqué que grâce à lui, à son énergie et à ses capacités personnelles, il rentrait au pays auréolé d'une victoire éclair et  couvert de gloire, en se moquant de l'opposition, Hollande lui, explique patiemment aux journalistes qui s’étonnent  de son assurance dans ces rencontres au sommet,  que « Lorsqu’on est Président de la France, on ne saurait avoir peur de rien, car la France est un grand pays, la cinquième puissance économique du monde ». Du même coup les succès ne sont pas ceux, personnels,  de Saint François, mais ceux du pays entier et de tout son peuple sans discrimination. C'est ce que j'appelle une démarche politique d'apaisement.

 

Hollande a compris en homme politique accompli et expérimenté que rien ne sera possible pour lui en dehors de l'assentiment des citoyens de droite et de gauche. L’apaisement,  le rassemblement sont des préalables au retour à la confiance dans l’avenir industriel et économique du pays. Il faut redonner envie aux entrepreneurs d’investir, il faut rassurer les travailleurs sur l’emploi, il faut remonter le moral des   fonctionnaires  et renforcer leur intérêt pour le bien public. Le casting du gouvernement Ayrault correspond à cette idée de base du retour de la confiance sans laquelle rien ne se fera. Je me suis efforcé à plusieurs reprises d'inventer un meilleur choix pour tel ou tel poste et je n’ai rien réussi dans ma tête. Sans doute suis-je trop indulgent avec mon bon apôtre corrézien, mais j’ai compris que pour chacun  c' était un défi personnel qui leur était offert. Un défi pour Fabius, pour Moscovici, pour Peillon qui jouent leur destin politique dans leur ministère.

 

Et pour finir ce n’est pas moi qui vais contester le choix de Bernard Cazeneuve comme Ministre délégué aux Affaires européennes. Contre toute attente nous avons eu le bonheur de le voir arriver à la réunion publique de Quettehou hier soir, que nous avions organisée en lancement de sa campagne électorale pour les législatives. Beaucoup de sympathisants qui savaient que notre jeune Ministre était à Berlin le matin même en avaient conclu qu’il ne serait pas au rendez-vous, le laissant à la charge de Geneviève Gosselin sa suppléante , excellente au demeurant. Ils ont été démentis. Le nouveau ministre est arrivé par Maupertus, presque à l’heure, et il nous a déroulé un discours de simplicité et de sincérité qui a ému toute l’assistance, exceptionnellement nombreuse. Il a illustré son slogan de campagne que j’ai trouvé très bien choisi : Rassemblons nos forces !

 

Ce mot d’ordre est bien trouvé, parce qu’il offre à tous les gens d’ici qui se sentent concernés par l’avenir du Cotentin de participer à la créativité, à l’inventivité et à la continuité dans l’effort, propres à entraîner la prospérité de notre territoire. Bernard Cazeneuve qui est devenu un vrai Cotentinais s’est mis délibérément au service de Cherbourg et de sa région et on a senti chez lui une véritable passion  pour faire bouger les choses. Bernard Cazeneuve est un homme fidèle et loyal, respectueux des gens, aux qualités humaines remarquables et éminentes. Son discours d’hier était dans le droit fil de la politique du nouveau gouvernement, propre à susciter l’espoir et à faire naître la confiance. En tout cas, nous avons du même coup hérité d’un leader politique renforcé par l’honneur qui lui est fait d’appartenir au Gouvernement de la République, honneur qui rejaillit sur toute la presqu’île. Ce leadership ne manquera pas de faciliter le chemin difficile de la sauvegarde de nos industries traditionnelles et  de l’implantation des nouvelles.

 

Aujourd’hui je me sens bien. Je me sens libéré de l’affront insultant de Sarkozy qui se vantait d’être le DRH du Parti Socialiste. Nous avons vu ce qu’étaient devenus les Kouchner  et les Besson, ces politiciens en peau de lapin qui en sont réduits aujourd’hui à fuir et se cacher. En exacts contraires, les nouveaux ministres ne sont pas des phénomènes de foire médiatique, ce sont des gens comme vous et moi  qui ont le privilège d'associer leur puissance d’intelligence et de travail à leur passion pour le Service public. Comme l’a dit François de Tulle ils aiment les gens plus que les honneurs ou l’argent. Ouf ! L’alternance politique 2012, c’est aussi la grande lessive de Printemps.

 

 

15/05/2012

Saint François de Tulle dit le Corrézien

 

françois hollande,président,baraka

 

Quelques semaines avant le 6 mai, jour de l’élection de François H. à la Présidence, on a vu pleuvoir merveilleusement. Alors qu’au mois de mars on redoutait la pire des sécheresses et des pénuries calamiteuses de grains, j’ai pu observer, en traversant la France cette semaine, que les blés avaient poussé d’un bon pied et fort vigoureusement. J’ai vu également  que les rivières méridionales roulaient des eaux tumultueuses à leur plus haut niveau, sans doute suffisamment pour recharger les nappes qui étaient il y a quelques semaines au plus bas. Je remarque à cette occasion qu’il ne s’en est suivi pour autant d’aucune catastrophe ni inondation. J’ai entendu dans tous les bourgs et dans tous les villages de nos campagnes que le peuple était content, que les troupeaux trouveraient à paître pour l’année entière  et que les silos à blé seraient  remplis dès cet été à déborder.

 

J’avais écrit il y a plus d’un an que François de Tulle serait notre Président à condition qu’il soit quelque peu chanceux, ou si on préfère, que la Providence lui accorde la Baraka. De la chance,  le Corrézien n’en a pas manqué car même les démons du sexe ont volé à son secours.  L’institution des primaires et plus encore la mauvaise pioche d’un Sarko maudit et dévalué, l'ont également secouru. Une toute  dernière faveur lui est encore octroyée par une conjoncture économique butant ouvertement, comme il l’avait lui-même prédit, sur l’impossibilité de payer nos dettes avec une activité en récession. Même les libéraux les plus endurcis le regardent aujourd’hui avec un air dubitatif. Ils se demandent si leurs prédictions alarmistes ne risquent pas de faire pâlir leurs brevets d’experts. Avant même d’être installé Président,  le Corrézien a rassemblé son camp et porté le doute chez ses adversaires, y compris chez nos cousins Germains. Il ne faut donc pas s’étonner dans ces conditions qu’il puisse également commander les nuées, déclancher les pluies et stopper les orages. Pour l’heure il a fait rendre gorge, en tout cas momentanément, aux tenants millénaristes des catastrophes climatiques.

 

Je m’attends à ce que d’autres miracles surviennent, comme la reprise de la croissance et la baisse du chômage, De la même façon il se pourrait que dorénavant tous les enfants sachent lire et compter en quittant l’école, que les naissances gémellaires se multiplient chez les bovins Charolais et que Mme Duflot ouvre pour ses amis une boulangerie  de petits pains au maïs OGM ! En mettant au premier plan le facteur chance dans le succès de la campagne de Saint François de Tulle j’ignorais jusqu’à quel point le hasard et la nécessité seraient déterminants. Nous allons constater demain avec le gouvernement Ayrault et après demain, avec Angela Merkel, que ce phénomène exceptionnel n’en est qu’à ses débuts. Nous pouvons d’ores et déjà instruire un procès en béatification politique, François plaît aux Dieux ! Il utilise les bonnes méthodes et fait preuve d’un savoir faire tel que l’Olympe va se mobiliser pour décupler ses succès et lui assurer victoires sur victoires.

 

Je n’ai donc aucune gêne à porter l’encensoir et à devenir le thuriféraire respectueusement incliné d’un tel homme béni de Jupiter et de ses colistiers. Pour demeurer moi même, comme toujours, à la pointe du combat, et rester la vigie lucide qui veille aux avant postes, je vous conseille chers lecteurs, de vous prosterner devant la robe de bure de notre nouveau Prophète. Le règne de saint François de Tulle dit le Corrézien, dit aussi le Modeste,  ne fait que commencer . La liste de ses miracles est encore balbutiante et nous devons nous attendre à des surprises incroyables. N’a t-il pas terrassé sans coup férir le Dragon horrible et trop bavard alors que la bête se vantait de ne faire qu’une bouchée de cet humble moine ? Je sens monter à travers ce beau pays de France, peuplé d’incroyants, d’infidèles et de sceptiques,  une nouvelle vague d’Optimisme et de Foi.

 

Jube domine Saint François,  benedicere !

Réunion publique de Bernard Cazeneuve à Quettehou le 21 mai

Le 21 mai Bernard Cazeneuve, député maire de Cherbourg tiendra avec sa suppléante Geneviève Gosselin une réunionpublique salle des Expositions à Quettehou, à 20h30. Le débat sans sectarisme sera ouvert à tous et concernera les projets économiques et sociaux du Cotentin qui intéressent chacun d'entre nous quelles que soient nos opinions politiques .

04/05/2012

Le mariage de Nursel et d'Antoine

 

Mariage N et A 4_WEB.jpg

Photo de Marie-O


Je sais qu'il y a des vents mauvais qui balaient la France électorale, les vents aigres de la xénophobie et du repli sur soi qui rendent le pays violent et agressif. Je l'ai déjà dit dans mes dernières chroniques. Par bonheur, ce dernier dimanche était l'occasion des noces de Nursel, belle jeune femme venue d'Orient, et d'Antoine, mon neveu, ultime rejeton gallo-romain, portant tout le poids généalogique d'un Normand authentique.

Au moyen-âge, Antoine en Croisé aurait pu couper les têtes des ancêtres de sa dulcinée au détour d'un siège à Antioche ou ailleurs. Aujourd'hui ils se glorifient d'amour et de paix. En voyant les deux familles se réunir pour le meilleur de notre civilisation humaine, j'étais ému aux larmes. Je   souhaite beaucoup de bonheur et beaucoup de bébés à ce couple de la beauté et de la modernité, qui comme des millions d'autres, est porteur de l'avenir de notre monde.

J'ai vécu le jour de leur mariage comme une revanche, face aux fauteurs de guerre et de haines, qui j'espère,  finiront par être balayés de notre nation et remis à la seule place qui leur convient, celle de l'oubli.

12:46 Publié dans Actuelles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : xénophobie | |  Imprimer