lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2013

Mettre les éleveurs de rats hors d'état de nuire !

 

 

rembrandt_joueur_flute.jpg

Le joueur de flûte de Rembrandt

La légende allemande, née d'un événement étant apparemment survenu le 26 juin 1284, nous a notamment été transmise par les frères Grimm sous le titre Der Rattenfänger von Hameln (L'Attrapeur de rats de Hamelin).


Le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) est un comité français d'expertise et de conseil, indépendant des producteurs d'OGM, intervenant pour les citoyens, entreprises, associations, groupements, syndicats au niveau juridique, scientifique (santé, environnement), sociologique, technique (étiquetage), notamment pour des dosages d'OGM ainsi qu'au niveau économique. Vaste programme pour une page d’accueil d’un site web extrêmement anonyme,  discret et laconique. Les images ne sont pas plus explicites que le texte, excepté la photographie d’un malheureux rat boursouflé de flamboyantes tumeurs.

On a envie de mieux connaître les responsables de ce Comité de Recherches qui se présente surtout comme en pointe dans la mise en évidence de la toxicité des OGM et des pesticides. Le CRIIGEN, fondé le 1er juin 1991 par l'ancienne Ministre de l'Environnement Corinne Lepage, aidée les professeurs Gilles-Eric Sèralini et Jean-Marie Pelt, est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Il est actuellement présidé par Joël Spiroux de Vendômois, médecin généraliste, homéopathe, acupuncteur et ostéopathe. Son secrétaire général est Jean-Marie Pelt et le président du conseil scientifique est Gilles-Éric Séralini.

On croit comprendre que le maître mot de l’intitulé est « indépendant » c’est-à-dire hors de contrôle des multinationales produisant des OGM. Pour le reste, cette association est tout à fait prête à mener des travaux sous la bannière (ou à la demande ?  ou sous  la protection ? ou avec les subsides ?) de Carrefour et autres sociétés commerciales pour peu qu’elles partagent ses idées.  On doit comprendre aussi que ce comité est avant tout  indépendant  des instances scientifiques  officielles,  obéissant aux règles publiques des Instituts de recherche et des Universités. On a donc affaire à un comité scientifique autoproclamé que d’aucuns, bien avisés, disent appartenir à la science parallèle, une néo-science basée sur des à priori idéologiques où se mêlent religion et paranoïa, à la manière d’une secte. Les principes de base d’une telle démarche sont « Tout le monde à tort sauf nous » et « Nous sommes victimes d’une campagne de dénigrement orchestrées par des puissances occultes, qui y puisent pouvoir et intérêt".  En l’occurrence ce comité a trouvé son ennemi avec la Monsanto, multinationale créatrice d’OGM, dont Mr le professeur Sèralini a mis au jour le « réseau mafieux » qui veut sa perte. On peut trouver beaucoup de détails concernant le CRIIGEN sur le site web imposteurs très bien informé et documenté .

Cette manière de voir est d’autant plus frappante qu’on trouve à la manœuvre une ancienne ministre de l’Environnement (1995-97,  Alain Juppé Premier Ministre) censée donner toute sa respectabilité  politique au Comité en question et qui forme avec MM Pelt et Sèralini un aéropage  associant la science et la politique,  inhabituel pour un comité scientifique. Cela nous renseigne sur les buts poursuivis  qui ne semblent pas uniquement ceux de la science universelle mais paraissent être   liés à des préoccupations idéologiques et politiques. Il suffit de parcourir la carrière de Madame Corinne Lepage pour se convaincre de la constance de son activité politique et électorale qui l’a menée de Génération Ecologie à Cap 21. En octobre 2011 elle a présenté sa candidature aux élections présidentielles de 2012 sur TF1, entourée notamment des membres éminents du bureau du CRIIGEN. Hélas pour elle C. Lepage n’a pas réussi à réunir les cinq cents signatures nécessaires à sa candidature et sa tentative a tourné court.

Cette activité qu’on peut  qualifier d’électorale prouve que  cette équipe de choc est moins attachée à démontrer une vérité scientifique, à laquelle elle ne croit peut-être pas vraiment, qu’à  agir sur l’opinion  pour la convaincre de la toxicité  des OGM, avec les mêmes méthodes qui  ont  instillé avec succès la peur du réchauffement climatique ou l'angoisse anti- nucléaire. L’affichage sur le site Web du CRIIGEN de malheureux rongeurs déformés par des tumeurs illustre cet acharnement. Il ne s’agit pas d’une bataille scientifique mais d’une bataille d’opinion. Nous étions il y a un demi-siècle une nation de gens instruits, intelligents et positivistes, confiants dans les progrès que la science n’a cessé d’apporter au genre humain. Nous sommes devenus une nation trahie par ses élites, avilie par le consumérisme individualiste et trompée par des cinquièmes colonnes d’illuminés qui organisent le dévoiement de la pensée.

Face au CRIIGEN, le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) est un organisme public français indépendant chargé d'éclairer la décision publique en matière de biotechnologies, et notamment celles qui concernent les organismes génétiquement modifiés (OGM). Il a été créé par la loi du 25 juin 2008 et placé auprès des ministères chargés de l'Environnement, de l'Agriculture, de la Recherche, de la Santé et de la Consommation, il est constitué de deux comités indépendants : le comité scientifique et le comité économique, éthique et social. Ces comités sont chargés de fournir respectivement des avis et des recommandations. L'ensemble des deux peuvent prononcer des avis dits avis du HCB. Cette configuration a été choisie pour prendre en compte les risques environnementaux et sanitaires des biotechnologies, mais aussi pour évaluer leur impact socio-économique.  

 

Nous avons donc un organisme officiel créé par nos instances démocratiquement  élues et composé de plusieurs dizaines de membres de haut niveau et de différentes spécialités.  Or, dans son avis rendu le 19 octobre 2012, à propos des rats de Sèralini, faisant suite à une expertise pluridisciplinaire, le Comité scientifique (CS) du HCB note que le dispositif expérimental, les outils statistiques utilisés et les interprétations données par les auteurs de l’étude, souffrent de lacunes et faiblesses méthodologiques rédhibitoires, qui ne permettent pas de soutenir les conclusions avancées. Le CS en conclut que l’étude n’apporte aucune information scientifique étayée quant à l’identification d’un éventuel risque sanitaire lié à la consommation de maïs NK603 , traité ou non traité avec du Roundup.

Je demande aux citoyens de bonne foi, qui ont encore la tête sur les épaules, de réfléchir trois minutes. Qui a raison ? Le CRIIGEN, sorte de triumvirat auto constitué sans responsabilité légale,  ou bien le Haut Conseil des Biotechnologies responsable devant la loi et le gouvernement ? Il faut en finir avec ces farces pseudo-scientifiques installées à coups de clairon, en  disant que plus c’est gros, plus ça passe. En faisant l’autruche, nous mettons en danger notre culture et notre civilisation, qui risquent in fine d’être avalées par ces incroyables dévoiements de la pensée.

 

 

15/06/2013

Rats des villes et rats des champs


 

glaneuses.jpg

Les glaneuses de J.F. Millet



Les citadins ont toujours pensé qu’ils étaient bien supérieurs aux bédas.  Les « Parisiens » bien habillés, hâbleurs et prodigues, au moins pendant leurs vacances à la campagne, en ont toujours mis plein la vue aux paysans et aux marins d’ici, depuis que les congés payés existent. Aujourd’hui les perceptions ne sont plus aussi caricaturales et c’est au tour de nos  vacanciers  de rester  baba  devant les drôles de machines qui arpentent nos terres, que ce soit pour récolter les poireaux ou pour « manager » nos vaches laitières. En revanche les citadins qui étouffent dans la fumée incessante de leurs « bagnoles » sont devenus des écolos convaincus et ils recherchent partout, parfois la clope au bec, les molécules coupables de leurs cirrhoses et de leurs cancers. Parmi les pourvoyeurs les plus souvent désignés figurent nos arboriculteurs et nos maraîchers et les agriculteurs en général.

 

 

Oubliant que notre espérance de vie augmente sans discontinuer, il y a toute une fraction de l’opinion qui ne cesse de colporter que nos producteurs agricoles sont des empoisonneurs à petit feu et des pollueurs de la planète. Il me semble qu’il faut de temps en temps garder la tête sur les épaules. Nos écolos songent-ils un seul instant aux millions de tonnes de viande, de lait, de fruits et de légumes, de pain et de céréales qui dégorgent chaque jour de nos supermarchés sans qu’ils causent jamais une colique ou un vomissement ?

Je ne veux pas dire pour autant que tout est impeccable dans les filières car on a vu du cheval se déguiser en bœuf et parfois des E. coli ou des Listeria se glisser dans nos salades. Ces manquements tiennent plus souvent d’ailleurs à la commercialisation qu’à la production. En règle très générale  nos aliments sont d’évidence  d’une incroyable qualité. Ceux qui se plaignent du manque de saveur de nos tomates pourraient aussi se demander comment des milliers de gens peuvent les palper et les triturer au supermarché, sans qu’il n’en reste en fin de journée que des cageots de marmelade ! Que ce soit en qualité ou en quantité nos filières agricoles réalisent la vraie prouesse d’éviter les pénuries en toute saison et même assez souvent par tous temps, grâce à la concurrence permanente entre les régions et même les pays ! On connaît peu de professions capables de résister à de telles contraintes économiques !  N’importe lequel d’entre nous qui travaille un jardin sait ce qu’il faut d’efforts pour produire une botte de radis ou un panier de patates !

 

Malgré ces incroyables performances, nos rats des villes qui restent sourds aux réalités agricoles continuent de soupçonner que notre agriculture nous intoxique chaque jour avec les pesticides et les OGM ! Les partisans du principe de précaution se moquent des vrais dangers parfaitement visibles et prévisibles comme  l’alcool, le tabac et les drogues diverses, y compris le cannabis.  Ceux qu’ils craignent le plus sont ceux qu’ils imaginent  ou qu’ils supposent.

 

Nous savons maintenant doser et rechercher les toxiques même quand ils sont à l’état de traces, quasiment  molécule par molécule et évidemment des traces il y en a partout. Ce sont ces pesticides (et on leur ajoute contre toute vraisemblance les engrais « chimiques ») qui seraient responsables de cancers et affections diverses. Il n’est pas question de nier la dangerosité de cette phytopharmacie, en particulier des insecticides, pour ceux qui les manipulent, ouvriers fabricants et agriculteurs. Le peu que je sais, me fait dire que l’utilisation de ces produits est sévèrement réglementée et que les AMM ne sont données qu’en fonction d’une rémanence adaptée (vie de courte durée). Ces produits  sont souvent  mortels à faible dose et ne sont pas très éloignés des armes de destruction  massive . Par chance nous avons la preuve chaque jour que les risques liés à ces produits ne sont pas alimentaires mais dus plutôt à une manipulation erronée, sans masques, dans le sens du vent, avec des buses mal calibrées ! Je crois qu"aujourd'hui nos agriculteurs sont devenus  des professionnels de haut niveau et qu’ils sont informés des dangers, ce qui est notre meilleure défense contre les excès. Malheureusement ces progrès évidents ne font pas taire nos rats des villes qui ne cessent  leurs campagnes de désinformation.

 

La question des OGM est encore plus grave et destructrice d’avenir. Tous les agriculteurs connaissent l’importance de la qualité des semences et des plants pour une bonne production. Grâce aux manipulations génétiques on a réalisé depuis 20 ans des progrès spectaculaires, mais le plus fort est à venir. A condition toutefois que l’opinion négative forgée par les écolos ne contraigne les chercheurs à se détourner du sujet où à s’expatrier. En France , ce refus des OGM par une forte fraction de l’opinion s’exerce contre toute logique scientifique car aucune observation, aucune expérimentation, aucune recherche n’ont permis d’établir une toxicité quelconque de ces végétaux à la structure génétique modifiée en laboratoire. Malheureusement des scientifiques idéologues comme le Professeur Sèralini, devenu célèbre par son show sur Canal+ avec ses rats cancéreux, continuent à soutenir le contraire par des opérations publicitaires indécentes. Nos agriculteurs et notre agriculture, à cause de ces déplorables attaques risquent de manquer la marche du progrès pour le siècle qui vient.

 

Il est temps de réagir. Les gens de bonne volonté doivent reconnaître à nos agriculteurs l’infinie capacité qu’ils ont de fournir aux consommateurs en quantité et en toute saison des produits accessibles. Quand on pense à l’influence d’un coup de gel, sur le prix des choux et des poireaux, qu’en sera-t-il quand nos agriculteurs seront mis dans l’impossibilité technique de faire leur travail ? Les campagnes de dénigrement de l’agriculture scientifique soi-disant instrumentalisée par quelques multinationales tiennent du délire, de la paranoïa et de l’ignorance. Je pense qu’il y a urgence dans nos sphères politiques à prendre conscience que notre avenir agricole est réellement mis en danger par quelques irresponsables.

10/06/2013

Clément Méric

 

 

Cette semaine je ne ferai pas de chronique. Je veux seulement  m’incliner devant la mémoire de ce gamin qui a rencontré la mort  sur un trottoir de notre capitale, le visage  écrabouillé . Clément Méric poursuivait les rêves des justes contre le racisme et pour la démocratie, il a été assommé et assassiné à l’aube

3426711_3_5fef_manifestation-en-hommage-a-clement-meric-le-8_fd84df64f7ff2e6e6f987c89705a0606.jpg

Photo "Le Monde"


tendre  de sa vie. On ne sait pas ce que cette existence aurait apporté aux siens, à ses amis, à son pays. Il aurait pu avoir une femme et des enfants, et faire le don à tous de son imagination, de sa créativité et de ses amours. Une brute, victime de ses propres errements a effacé tout cela d’un coup au visage, un coup chargé de haine et de cruauté. Clément était la civilisation, son meurtrier en est l’ennemi, de ceux-là même qui se chargent d’effacer l’intelligence en frappant, en torturant, en tuant. Je souhaite que ce drame nous serve à tous de leçon en éloignant de nos discours le bruit et la fureur, la haine et le mépris, la violence et les armes.

01/06/2013

Changement de temps


françois hollande,bernard cazeneuve,estoup,tapie,ubs france

 Kandinsky Un sentier de Bohême en automne

 

 

En cette fin de semaine j’oublie moins que jamais ma dévotion à Saint François de Tulle dont je suis le bedeau attitré. Les temps changent. Avec la météo pourrie  s’estompent également les derniers ruissellements du Hollande « bashing ». Le Corrézien a eu bien raison d’opposer depuis son élection sa sagesse et son entêtement à l’impatience des média et aux quolibets de ses adversaires. Il a même dû calmer certains de ses amis  de leurs excès de fébrilité militante. Comme je l’ai appris dans ma jeunesse en affrontant des forces 7 ou 8 dans le nez à trois heures du matin sur mon voilier, il faut se persuader sur le pont  que les coups de vent ont une fin et qu’après eux reviennent  les brises légères et porteuses. Pour le Président le signe annonciateur est un coup d’arrêt dans les sondages. Comme le titrent les journalistes, une embellie semble enrayer  la chute vertigineuse, le décrochage abyssal de la cote de popularité du Président. On est toujours plus prolixe dans le négatif que dans le positif. Cela semble plaire infiniment à nos concitoyens.

 

Mais ce ne sont pas ces enquêtes d’opinion qui me réjouissent, ce sont d’autres investigations. La dernière date d’hier soir avec la mise en examen de la filiale UBS France, pour pratiques frauduleuses qui proposaient aux gens riches de faire de la dissimulation fiscale au détriment de l’Etat français. Notre justice se réveille ! Ces faits remontent à une dizaine d’années, ils ont pu se déployer, Cahuzac en tête, sur notre territoire sans que nul ne soit inquiété. Les temps changent vraiment. Le ciel s’éclaircit. Au même moment, voilà que se trouve mis en examen un ancien Président de Tribunal, un vénérable de 86 ans Pierre Estoup. Je n’en reviens pas ! Dans les années Sarkozy le même homme, bien sous tous rapports, était choisi par notre administration,  avec deux autres grands bourgeois bien établis, pour régler un litige avec Bernard Tapie. Jusqu’à présent on répétait partout que c’était la meilleure solution car on faisait économiser du temps et de l’argent à l’Etat. C’était la parole de l’excellente Madame Lagarde, qui n’a pas une tête à être copine avec Tapie ! Et voilà qu’aujourd’hui ce Pierre Estoup est inculpé d’escroquerie en bande organisée !

 

Ces deux dossiers  ont une autre signification sociale que les mises en examen des petits apparatchiks socialistes qui en comparaison sont des vrais gagne petit, sauf peut-être pour le bandit corse de la région PACA. La presse de droite a tout fait pour en faire le  pendant d’équilibre droite-gauche pour finir avec un "tous pourris", et vive la belle Marine. Pas de chance, même elle se prend les pieds dans le tapis , se casse le fessier dans sa piscine et peut-être aussi un peu dans sa molle opposition au mariage gay. On sent une grosse déconfiture à droite avec pour décor ultime les avatars de la primaire pour la mairie de Paris.

 

Mes camarades militants du PS doivent se rendre compte que la lutte contre l’évasion fiscale et contre les entourloupes d’Etat est aujourd'hui devenue une réalité et les preuves que la société peut changer, même si  ça demande du temps et beaucoup de confiance. Remarquons au passage que notre excellent Bernard Cazeneuve devenu ministre du budget ne manquera pas ses cibles quand elles passeront à portée de ses fonctions, en particulier celles de l’affaire Karachi. J'en vois pour confirmation , même si notre ministre  n’y est bien sûr pour rien,  que Ziad Takiedine est remis en prison depuis hier. Copé était quand même un grand ami de cet homme aux allures d'aventurier-truand, puisqu'on l'a vu nager dans les eaux troubles de sa piscine et de son  yacht.

 

Bien sûr tout ceci est satisfaisant mais ne peut avoir rien de définitif sans un retournement économique pour que les entreprises cessent de se plaindre et investissent à nouveau,  qu’elles arrêtent de spéculer dans la finance pour s’impliquer dans la bagarre industrielle et la compétitivité. Ce n’est qu’ensuite que le chômage cessera d’augmenter et que le pouvoir d’achat s’améliorera. Seulement alors, les Français vivront mieux. Les bonnes mesures ont été initiées au printemps  par le gouvernement. Elles ne peuvent pas avoir d’effet avant l'automne mais elles en auront ! Dans six mois, dans un an !  Saint François prêche pour une social-démocratie sobre, industrieuse et juste. Je suis l’un de ses partisans lucide et déterminé.