lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2014

Tante Yvonne

 

henri-matisse-idole.jpg


L'idole de Paul Matisse


Décédée à Noël, et enterrée le 31, Tante Yvonne n’a jamais fait les choses à moitié. Elle était belle et gourmande, inventive et généreuse. Elle a donné la vie à une demi-douzaine d’enfants qui ont tout appris d’elle. Elle a distribué du bonheur à tous ceux qui l’approchaient, sans compter. Elle était bien trop généreuse pour être riche. Penché sur son cercueil qu’on venait de descendre dans la fosse, figé sous la pluie fine et froide, j’ai trouvé que tante Yvonne aimait les comptes ronds. On finit l’année mais pas plus ! Bravo ma belle tu nous as quittés en beauté.

Il faut dire qu’avec son départ c’est le solde de tout compte pour cette génération-là de la famille, ce qui n’a rien  d’extraordinaire, sauf que pour la génération suivante, c’est votre serviteur qui est sur le front, le plus âgé encore vivant de la génération suivante. Hier tante Yvonne m’a passé le témoin. Est-ce que pour l’imiter je vais réussir à atteindre le prochain jour de l’An ? Pour le moment rien ne s’y oppose vraiment. Il est encore possible d’être optimiste.

Quoiqu’il arrive, ces circonstances funèbres ne m’empêchent pas de vous souhaiter à vous tous,  qui me faites l’amitié de me lire, du plaisir, du bonheur, de la vie, pour vous et tous ceux qui vous entourent. J’ai autour de moi, des amis et de la famille, mais ce qui me touche ce sont les enfants en ribambelle joueuse et insouciante, car je sais qu’ils seront une étape de plus dans le progrès du monde. Riches ou pauvres, géniaux ou nunuches, ils ont chacun quelque chose à nous apporter. N’oublions personne, c’est tante Yvonne qui me l’a appris, en riant, en riant.

Les commentaires sont fermés.