lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2014

Bravo Julie !

edouard-manet-gitane.jpg

 La gitane de Manet

J’ai connu un temps qui donnait la part belle aux intellectuels. On admirait Malraux, on tutoyait Sartre et on aurait tous voulu s’appeler Albert Camus ! Aujourd’hui on twouite, c’est-à-dire qu’on dit n’importe quoi en 145 signes, vitesse oblige. N’importe quel individu connu dans les médias ou bien voulant se faire connaître, peut y aller de son insipide gazouillis. Il y a des journalistes spécialisés dans le suivi de l’opinion qui maintenant s’exprime dans les « réseaux sociaux ». La vox populi donne le la, sale temps pour les philosophes et les débroussailleurs d’idées.

 

François Hollande mon héros a eu un coup de génie pour déjouer cet incroyable abaissement du débat public. Il s’est fait photographier  rue du Cirque pour laisser filtrer une invitation entre amis chez Julie. Je ne connaissais pas cette jeune femme ! Bon Dieu qu’elle est jolie et amoureuse de notre Président ! Je la propose pour l’Ordre National du Mérite, promotion 2014. Il faut le dire ce n’est pas rien d’être la Dame de Cœur du Président. Il y en a tellement qui traînent dans les couloirs que la concurrence est sévère ! On sent bien que François n’a pas eu d’hésitation pour monter sa supercherie. Il a tout de suite compris que Julie était beaucoup plus médiatique que la lutte contre le chômage. Qu’il appelle un paparazzi à minuit sonnant pour prendre un cliché avec son casque est un gag sublime, une mystification sans précédent des journaleux.

 

Je m’explique. Face à l’incurie intellectuelle des médias français et surtout internationaux, François s’est demandé comment il pouvait attirer l’attention sur sa conférence de presse annonçant une fois pour toutes qu’on était entrés en social-démocratie. Qu’est-ce que ça peut bien être que ça ? se sont demandé  les journalistes. Encore une pirouette, un mensonge, une mystification ? Pour assurer, le Président a demandé à Valérie d’entamer une procédure de spleen pour cause d’amour déçu. La tension est arrivée à son comble, la salle était pleine, on allait voir ce qu’on allait voir, c’était fin de partie,  avec un pauvre Hollande roulé dans la farine de ses frasques amoureuses !

Et on a vu tout le contraire de ça ! Quarante-cinq minutes de propos liminaire, dense, construit, irréfutable. FH était devenu une merveilleuse mécanique intellectuelle, sans une hésitation, sans un lapsus, sans un temps mort. Tout le monde guettait le faux pas, une ombre d’émotion, une vanne malencontreuse, rien de tout ça ! Il est allé au bout de son propos devant les gratte-papier médusés, confondant au passage le vieux cheval de retour Yvan Levaï croyant bien futé de réitérer une question sur le fond du propos. Etes-vous réellement social-démocrate  Président ? Question inutile, superfétatoire, mais qui mettait un point d’exclamation sur le discours.

 

Voilà mes amis, pourquoi je ne suis nullement fâché contre les femmes de mon Président, et que bien au contraire je leur dis, là où vous êtes, aimez-le ! Choyez-le ! Caressez-le ! Admirez-le ! Il en a besoin ! Sa tâche est rude ! Nos concitoyens sont formidablement moqueurs et ingrats. A toute heure du jour, faites tout ce que vous pouvez, que vous soyez la Première Dame ou la dernière souillon de l’Elysée pour lui donner du plaisir et de la satisfaction morale. Il le mérite. Mon grand âge m’autorise à mesurer tout ce qu’une femme peut faire pour le bonheur d’un homme !

Les commentaires sont fermés.