lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2014

altération des couleurs

Altération des couleurs

J’aime le rouge, la couleur de la butte du même nom, celle qu’on gravit à ses dépens, en risque tout, sans un regard sur l’arrière et sans une pensée pour le lendemain, la butte de la révolte. J’ai toujours protesté contre la boue du monde, dans laquelle pataugent  en troupes les canards boiteux et les satrapes, idiots ou violents, rapaces et sanguinaires . Jeune garçon, comme un cabri fou, je me ruais sur toutes les mulétas que m’offrait mon village vu d’en bas, avec l’injustice et  la mort, avec l’insulte de la misère, de la honte et du mépris. J’ai toujours vu rouge quand je voulais la liberté des peuples, des gens et des esprits. Il faut le dire, il n’y a pas de liberté sans révolte et pas de création sans liberté. Voilà pourquoi le rouge est la plus chère de mes couleurs, avec son oriflamme toujours brandi qui est celui de l’honneur et de la dignité.

Le bleu est la couleur des grands horizons, la couleur de la mer, et de l’outremer qui ne connaissent pas les bornes. Le bleu encadre les déserts, les voyages, les bateaux. Le bleu est la couleur merveilleuse  de la Méditerranée, celle des sardines grillées sur les terrasses, celle des filles qui rient aux éclats. Le bleu est la teinte de la tendresse et de la douceur, celle de l’amour qui se joue pendant des jours et des jours. Le bleu me calme et me donne confiance et repos. Pour moi l’amour d’une femme est toujours en bleu.

 

Le jaune incendie de soleil les hamadas et les ergs . La flamme de la découverte éclaire les esprits d’un jaune aveuglant. Le jaune est la lumière forte de la vérité, celle qu’on dit contre les vents et contre les marées de l’ignorance et des croyances obtuses et confuses. Le jaune nous raconte l’opulence des moissons  avec la densité de l’or. Je crois bien que sans le jaune, la misère serait insupportable. C’est idiot de parler de la vie en rose, je préfère avec Pablo parler de la jaune existence des saltimbanques.

 

Le vert a enveloppé mon enfance, c’est la couleur des enclosures avec leurs pommiers et leurs vaches à lait, celle des noisetiers et des fougères grand aigle. Je crois bien que le cresson dans les mares et les iris des rivières ont déterminé ma vie. Je l’ai consacrée aux chlorophylles , ces pigments miraculeux de nos respirations quotidiennes, qui nous jouent  un incessant ballet d’ondes lumineuses et de bulles légères.  Du jardinet des trottoirs à la jungle de l’amazone, de la soupe aux choux à l’herbe à chameaux, le vert est la couleur de la vie. Dommage que les écolos en aient fait un instrument d’idéologie et de pouvoir. Instrumentalisation sacrilège devrais-je hurler mais qu’un juste retour des choses devrait renvoyer cul par-dessus tête. L’humanité se trompe parfois mais jamais pour la fin des temps.

 

Le blanc ! J’ai horreur du blanc. Le blanc est le mélange de tout et la couleur de rien. Le blanc est la couleur de l’étole du prêtre au confessionnal, sur fond noir de soutane. La vertu ou la mort ! Impossible alternative ! Le blanc de la couronne de fleurs d’oranger distingue la vierge mariée, vertueuse victime des mâles épigones, qui va répandre son sang sur la blancheur du lin. Le blanc est aussi celui de la page vide, du cerveau en panne, des yeux aveugles, des esprits impuissants. Le blanc c’est le mélange de toutes les couleurs, du sans opinion du sans relief, celui qui fait passer l’inutile pour de l’acceptable. Le blanc enfin est la couleur des linceuls, une dernière tentative pour ravaler tous les mortels à l’humiliante nudité devant l’infini.

Pour mon malheur je ne vois plus toutes ces couleurs, les longueurs d’onde n’ont plus de sens pour mes yeux fatigués. L’arc en ciel miraculeux sur fond violet de ciel d’orage ne sera bientôt plus qu’un souvenir de jeunesse euphorique et passionné. En revanche je garderai sur mon cœur endolori toutes les substances, et toutes les passions des couleurs de la vie.

 

Les commentaires sont fermés.