lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2014

Gaza

 

gaza,israël,palestine

 

Raphaël - Portrait de madame  Elisabetta Gonzaga

 

Je ne veux entendre que les pleurs des enfants qu’on abat. Je ne veux entendre que les cris des femmes qu’on déchire. Je ne veux entendre que la haine des hommes qu’on enchaîne. Je ne veux entendre que l’horreur de la prison qu’on pilonne et qu’on brûle.

 

Israël, homme-dieu,  pèlerin de l’enfer, tu es sorti mutilé des fours et des camps, une lourde pierre à la place du cœur, l’œil sur la mitraille, la main sur la bombe. Gonflé d’orgueil et d’oubli, aveuglé par ta rage devant l’innommable, tu es certain aujourd’hui que ta victoire au canon va te délivrer du mal pour les siècles futurs !  Quand sortiras-tu enfin de cette erreur tragique  qui ne fait que te précipiter dans les abîmes de la cruauté et de la barbarie ? Tu te construis en réalité un nouvel et ultime exil. Chaque enfant tué est un crime qu’il faudra un jour payer devant l’histoire. Parles-en avec Dieu si tu y  crois encore !

En tuant les enfants de Gaza, tu tues ton propre peuple et tu ajoutes à ton maudit destin une nouvelle malédiction. Les morts d’aujourd’hui préparent tes ennemis de demain. Pour des siècles, les femmes arabes mettront bas  des chiens enragés obsédés par tes tombeaux. Sourd aux récriminations du monde, tu t’enfonces sans faiblir dans l’insondable maelstrom des désastres et des hontes !

Bientôt, il ne restera de la Palestine qu’un maquis d’épines sans eau, sans oiseaux,  sans fleurs, et sans coeur.  Pendant des siècles les hommes feront un détour pour ne pas voir les flancs de tes montagnes rouillés de vos sangs juifs et arabes mêlés, gravis en boucle par des processions de squelettes blanchis jusqu’à la chaux.

Tu étais le peuple des gloires partagées et fécondes, tu deviens la troupe élue de la mort et du désastre ! Les porches des maisons de Dieu s’ouvriront sur le vide et leurs tours démantelées joncheront les collines  en décombres dérisoires. Il n’y aura pas de rémission. Il n’y aura pas de pardon. Pour la fin des fins le silence enveloppera Jérusalem comme un désert maudit,  devenu l’ultime et honteux témoin de la fin des Ecritures !

Commentaires

Bravo.
Tu peux être fier de ton texte qui est très beau. Continue et partons ensemble à Gaza pour le lire aux foules apeurées puis à Tel Aviv pour enseigner l'inanité de la violence et des tueries.
Dédé

Écrit par : mouchel | 03/08/2014

Quel texte plein d'objectivité, d'humanisme et de compassion pour un peuple qui n’arrête pas de souffrir de l’incompréhension de ses voisins et néanmoins cousins de l'histoire de cette régions berceau de toutes les croyances religieuses.
Pourquoi tant de haine dont les principales victimes sont surtout des enfants. Ils garderont en mémoire ces effroyables instants et que Dieu les préserve du principe de réciprocité lorsqu'ils seront en âge de prendre les armes.
N'est-il pas plus humain d'allier toutes les intelligences de ces hommes et femmes pour améliorer le sort et l'avenir de ce territoire déjà bien secoué par des querelles de voisinage encore issues de la "Fitna" religieuse.
Que Dieu reconnu comme commun à toutes ces religions veuille bien les protéger sous son aile bienfaisante.

Écrit par : Doublek | 12/08/2014

Les commentaires sont fermés.