lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2014

La fin de l'histrion

 

 

joan-miro-nature-morte-avec-vieille-chaussure.jpg

 

Nature morte et vieille chaussure de Joan Miro

 

Sarkozy a perdu la main. Sa propre suffisance et le concert de ses zélateurs l’ont conduit à un acte final sans gloire. Il est  tellement persuadé de son immunité qu’il fait sa rentrée au plus mauvais moment. Si les juges avaient quelques velléités d’oubli, son retour fracassant a dù leur rappeler qu’il y avait urgence. Contrairement à une presse dévouée et atteinte pour partie de cécité, les policiers et les magistrats savent que l’affaire Bygmalion est un gâteau judiciaire aux ingrédients consistants, avec des témoignages précis et des preuves écrites tangibles.

Les aveux télévisés de Lavrilleux, la double comptabilité, les témoignages des émetteurs de fausses factures, laissent peu de doutes sur la dissimulation volontaire des frais de campagne de Sarko en 2012. Il s’agit  d’un véritable délit dont la responsabilité au moins morale, incombe au candidat, quoiqu’il en dise. Au moment où l’ex-Président tente de revenir, l’enquête judiciaire passe la surmultipliée. Il va avoir fort à faire pour convaincre les Français qu’il n’est pour rien dans ce faramineux abus du nerf de la guerre, en dépit de la loi et contre nos règles démocratiques.

Nous ne sommes pas chez Poutine ou ses satellites, l’omerta ne peut durer bien longtemps. L’UMP est divisée. Je crois que Fillon et Juppé sont sincèrement choqués par les manquements à l’honnêteté de Copé et Sarko. Il se pourrait qu’un cordon sanitaire s’installe autour de ces deux là. Nous en avons déjà eu un avant-goût au moment de l’élection du patron du Parti avec le duel Fillon-Copé. On voit maintenant que les enjeux dépassaient le simple pouvoir de commandement. Il y avait des cadavres dans les placards qu’il convenait de dissimuler. Aujourd’hui l’affaire est un énorme pataquès qui va éclabousser beaucoup de gens et je trouve que des leaders pleins d’avenir comme Baroin ou NKM prennent des grands risques en épousant la cause du cheval de retour.

Celui-ci n’a pas changé, il est de plus en plus  bourré de tics et il ressemble de plus en plus à sa caricature, avec des rictus et des intonations qui rappellent le vaudeville plus que la tragédie. La période qui s’annonce n’est pourtant pas dénuée de pathétique,  car il s’agit d’un ancien Président de notre République qu’on n’a pas envie de voir sombrer dans le ridicule et la farce. La ribambelle d’esclandres qu’il traîne après lui donne une bonne prise à tous ses anciens amis devenus ses concurrents. Même Raffarin , politicien chevronné s’est trouvé pris au piège dans sa campagne pour la Présidence du Sénat.Seuls les saints sont capables de faire des miracles et l’auréole de Sarko rétrécit à vue d’œil.

Pour Sarkozy  la mer des succès se retire. Il ne reste plus dans ses soutiens que des militants , très jeunes pour la plupart, ancrés dans les vieilles haines anti-sociales et souvent xénophobes. Hélas la crémerie est déjà bien tenue par la femme Le Pen et on ne voit pas comment accréditer le succès d’un come-back sur un créneau aussi limité. Gagner à droite veut dire aussi perdre à gauche. On peut dire ce qu’on veut des gens du centre mais il nous faut reconnaître qu’ils sont plus sensibles aux questions de morale et d’honnêteté  que les autres, éducation chrétienne oblige.

La grande faillite de Sarko c’est qu’il a fini par dessiner  un personnage attaché au pouvoir, aux honneurs et à l’argent, peu regardant sur les moyens, et qui s’en vante. Il est tombé dans la marmite avec le yacht de Bolloré, le Fouquet's et ses conférences grand style royalement rétribuées. Les affaires Bettancourt ou Khadafi sont lièes à l’argent. De l’argent qui n’est pas toujours clairement et dignement gagné. Comme dit A. Juppé « Mes conférences je les fais gratis ». C’est toute la différence ! La période qui commence va être chaude pour le revenant.

Les commentaires sont fermés.