lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2013

La cour des miracles

 

 

 

lucian-freud-nu-jambe-levee.jpg

 

 Homme nu à la jambe levée de Lucien Freud

Cette semaine a été exécrable, zéro de croissance, licenciements, prévisions pessimistes sur la courbe d’activité économique et donc sur celle du chômage. C’est au milieu de ces difficultés, que le Titan américain se livre à une provocation insolente et cynique et oblige Montebourg à une réponse. Un ministre doit-il s’abaisser à dialoguer avec une espèce de butor sous prétexte qu’il est patron et friqué ?  La lettre du marchand de pneus en dit long sur ces analphabètes qui se prennent pour les maîtres du monde. Ce qui ne veut pas dire que la CGT a raison sur tout, loin de là. Pour faire une entreprise il faut des salariés certes, mais aussi un projet industriel, un patron et de l’argent. Dans cette période de sous-emploi et de mondialisation, les prolos doivent utiliser des méthodes plus évoluées que celles des rapports de force, de l’intimidation et de la menace.

Pour assombrir encore la situation la nouvelle du rapt d’une famille au Nord-Cameroun nous tombe dessus. Depuis les Twin-Towers, la pègre, djihadiste ou pas, n’a plus de limites. La prise en otages de quatre jeunes enfants est une escalade dans l’horreur et l’inhumain.

 

C’est dans ce tableau de noirceur que les divins amis de Sarkozy célèbrent leur héros. On aurait pu croire qu’ils avaient mieux à faire que de l’autoglorification. Avec Hortefeux et Estrosi  à la manœuvre, on ne peut pas douter que cette initiative a reçu l’accord et les encouragements de l’impétrant. Il faut vraiment être saisi de l’ivresse du pouvoir et du narcissisme pour se livrer à ce genre de manifestation. On peut rapprocher  cette cérémonie de l’analyse, bienvenue, d’une ancienne à DSK,  (Marcela Iacub) qui nous raconte que pour vivre comme un cochon, il faut vraiment se croire au-dessus de tous les autres, se prendre pour un dominant et ouvrir sa braguette à tous les vents. Les aveux d’Anne Sinclair correspondent exactement à l’idée  que je me faisais d’elle. Elle ne voit aucun mal à se faire sucer par une femme de ménage. C’est une affaire subalterne. Chacun à sa place. Les cochons n’ont aucun sens de la démocratie, ils se croient supérieurs à tous les autres gens. Quand plus rien ne va, on peut éventuellement assister à une curée dans notre porcherie sociale  et justifier l’ordre, la répression et l’autoritarisme, voire le racisme, et beaucoup plus si affinités. La bête immonde est toujours féconde….

 

La braguette de Sarkozy est plus discrète que celle de DSK, mais nous avons quelques échos vite étouffés qui nous font croire qu’elle n’est pas aussi hermétique que ses fan(e)s veulent le laisser penser. Le raout auquel nous ont conviés les dignitaires du sarkozysme, nous montre que ces thuriféraires espèrent bien, en pleine déconfiture politique de la droite, récupérer quelques parcelles de légitimité auprès des militants UMP. La populaire Bétancourt fut la preuve vivante des pouvoirs surnaturels de l’ex-Président seul capable de sortir la malheureuse des griffes des horribles FARCS. Les cireurs de bottes auraient pu aussi inviter la vieille Bettancourt avec son Alzheimer, Servier avec sa Légion d’Honneur, François Léotard et Edouard Balladur avec leurs belles villas fleuries, sans compter Takiedine et d’autres demi-sel qui sentent la fraude, comme moi la friture quand je suis aux fourneaux. Nous aurions pu avec tout autant de vérité passer d’une sauterie de courtisans à une cour des miracles.

 

L’actualité aussi sombre qu’elle soit, ne nous empêche pas de réfléchir. Je le demande : Sarkozy le Narcisse agité avec son goût pour l’argent et son  sentiment de supériorité absolue est-il normal ? DSK avec sa libido débridée et son sentiment absolu d’impunité est-il normal ? Vous allez sans doute juger excessif  de rapprocher les deux hommes par une même focale. Ces deux-là on le sait sont adversaires politiques mais complices dans la vie. Dans leur soif de pouvoir ils auraient pu dans d’autres temps, tirer les ficelles de quelques régimes dictatoriaux, du genre de ceux de Mussolini ou de l’homme innommable à la mèche. Peut-être pas au premier rang, mais nous les aurions vu apparaître comme Goering ou Goebbels, sûrs d’eux, de leur supériorité et de leur écrasant cynisme. Je ne serais pas le premier à considérer le sadisme et le fascisme comme les deux grands avatars de la démocratie.

 

On aura compris que les élites auto-désignées, qui se prennent vraiment pour des personnes élues et destinées à dominer les autres m’ont toujours hérissé le poil quelles que soient leurs qualités par ailleurs. Avec des « monstres », nous nous devons d’être circonspects, d’autant plus qu’ils confinent au génie et sont capables de plier le monde à leur démesure. Ainsi s’expliquent Staline, Mao, Franco et tous les roitelets du cirque mondial. Nous devons nous interroger sur le fait que les systèmes politiques, plutôt que de sélectionner les plus dignes et les plus respectueux des autres, choisissent au contraire des Satrapes, avides, violents et prèvaricateurs . La testostérone est–elle la poudre à canon des dérives politiques ? Plus que jamais nous devons chanter avec Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme… »

20/09/2011

Autodafé de comédie

 

 

dskchazalchainetelevision_01.jpg

Avec DSK, une troisième tour s’effondre, celle de l’esprit. Nous venons d’assister à un autodafé falsifié de l’âme et du cœur. La journaliste servile nous a gratifiés du spectacle indigne d'une  vérité faussée et tordue, contrainte de se glisser dans les draps de  l’autocrate poussif du FMI. Ces deux là ont allumé un incendie brutal de nos sentiments et de nos valeurs. Finalement, par son excès d’arrogance,  l’ange déchu a explosé en plein vol dans le tourbillon amer des cendres de la confiance bafouée et des espoirs déçus et ridiculisés des socialistes. Pour lesquels pas un mot n’a été prononcé. DSK à l’évidence n’était pas un homme de gauche, il était seulement le héraut providentiel et mal embouché d’un clan. Ce personnage, fabriqué par les apprentis sorciers de la communication,  est à présent condamné à retourner dans ses quartiers d’origine. Je veux parler des coulisses du théâtre d’ombres manipulé par des élites autoproclamées.

04/07/2011

Mascarade vomitive

 

ps,aubry,dsk,journalistes

 

La coupe est pleine. Même si  la réalité des faits tarde à prendre les couleurs de l'exactitude, il est temps pour moi  de libérer ma bile, qui,  je le sais depuis mes derniers calculs, peut gravement m'incommoder. Ce qui m'étouffe et me reste sur l'estomac, c'est le peu de cas qu'on fait des pauvres citoyens et en particulier de ceux qui croient sauver leur honneur politique en militant dans un parti, qu'ils considèrent comme la premiere marche d'une démocratie bien comprise. Je veux parler en l'occurence des adhérents du Parti Socialiste, (qu'on confond  souvent à tort avec des sympathisants ou des obligés de collectivités ou d'élus divers, ...). Je veux parler des véritables militants qui prennent leur engagement au sérieux. A leur place je me permettrais quelques conseils bien appuyés !

 

1)Je conseillerais d'abord aux pisse-copies,  journalistes et bavasseux divers,  de battre leur coulpe et de demander pardon au peuple de leurs lecteurs,  pour le colportage sans discernement de nouvelles incontrôlées et parfois sans fondement, dans le seul but de faire l'intéressant,  et du chiffre. J'en connais beaucoup, et non des moindres, qui parlent du PS comme s'il se réduisait aux élucubrations de quelques personnalités connues et à portée de main,  donc parisiennes. Dans les réflexions des gratte-papier et des raisonneurs patentés qu'on retrouve, toujours les mêmes,  dans les grands journaux et les télés principales, la "politique" est une affaire secrète à débattre dans le monde clos "politico-médiatique".  Vous avez déjà entendu parler d'une section du PS ?  Pour avoir délayé au de là du raisonnable,  et jusqu'à l'écoeurement,  les frasques de DSK, je demande la mort des éditorialistes !

 

 

2) Je conseillerais aux  leaders socialistes Aubryistes ou DSKaniens, de montrer profil bas et de s'adresser avec humilité  aux militants de notre parti. Ils nous doivent des  excuses pour l'indignité de la situation présente. Il n'est encore venu à aucun de nos chefs, Martine en tête, l'idée que la plupart des socialistes militants sincères, dévoués et convaincus ont été humiliés de voir ainsi ridiculisés leurs propres responsables. Après leur avoir présenté DSK comme l'homme providentiel , l'avoir poussé en avant, magnifié, et clamé que tout autre prétendant n'était qu'un ballot prétentieux, l'impensable arrive !  Notre héros  tombe dans le premier piège de braguette venu et il étale à profusion ses millions de dollars et toutes les gonzesses passées et à venir.

 

 

3)Je suggérerais à DSK de garder les yeux baissés et d'ajouter une ou deux rides au visage arrogant de son épouse. A sa place, je n'irais pas manger des pâtes à 100 $ la portion avant de m'être adressé aux militants de mon parti. J'entends bien que nous autres, les bas de gamme, les anonymes, les interchangeables, nous sommes pour rien dans les ressources géniales de son cerveau providentiel. Nous devrions plutôt le remercier de bien vouloir prendre en compte notre existence et de s'efforcer de nous sortir de notre nullité crasse en France et dans le monde entier. Mais nous sommes probablement 150000 dans le pays, et sans nous il n'y aurait ni Martine, ni Dominique, ni bien d'autres. J'attends toujours une petite lettre d'amitié et de compassion, à nous adressée par tous ces cireurs de pompes qui se répandent dans nos journaux et nos écrans, au nom de Saint Dominique.

 

 Pour tout dire, si j'étais militant du Parti Socialiste, ce que je suis plus que jamais, je réfléchirais sur le silence,  l'inconscience, l'ingratitude et l'indifférence de nos éléphants face aux  adhérents du Parti. Je chausserais mes plus gros godillots, non pour marcher au pas comme le proclamaient les gaullistes, mais pour botter les fesses d'un certain nombre de responsables qui nous ont entraînés dans cet effrayant maelstrom, dans lequel le socialisme n'est  plus une idée, ni même un étendard, mais  seulement le cache-sexe (c'est le cas de le dire) d'un monde perverti et content de lui jusqu'au ridicule.

12:33 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ps, aubry, dsk, journalistes | |  Imprimer

20/06/2011

Chère Martine, le temps est suspendu à ton souffle...

 

aubry, hollande,DSK

Je suis un militant PS comblé ! Après avoir vu un DSK  porté au pinacle par nos élites socialistes, j’ai du assister toute honte bue à la chute de l’homme providentiel. Mais comme si cela ne suffisait pas notre première secrétaire,  porteuse du Pacte de Marrakech ( !!!), loin de s’expliquer sur cet avatar malheureux  se tient muette, de confusion ? d’indécision ?, ou bien par tactique ? par duplicité ?. Je n’ai qu’à choisir les réponses qui me conviennent puisque rien n’est dit à destination des membres du Parti. Plus lampiste que jamais,  après avoir voté des deux mains des textes sans enjeu, me voilà ravalé au rang de spectateur innocent, incapable de comprendre ce qui se trame dans les sphères dirigeantes.

 

François Hollande est trop mou,  accuse la Maire de Lille et moi je dis qu’elle est une politicienne sans aveu, qui s’allie avec ses ennemis d’hier (Fabius sur l’Europe) et aux ennemis de ses amis (Emmanuelli et DSK). Martine se tait parce qu’elle ne sait pas encore comment bien présenter ses forfaitures aux militants. Elle ne sait pas encore comment concilier son opportunisme à Lille et ses trucages au Congrès de Reims. Elle ne sait pas non plus comment elle va enfiler sa brochette de soutiens (Hamon, Cambadélis, Guérini, Emmanuelli…) pour la rendre comestible aux électeurs cartésiens.

 

Je le dis tout net, je ne milite pas au PS pour me faire rouler dans la farine comme un enfant de chœur par un archiprêtre. J’attends de mes responsables et leaders politiques qu’ils aient un comportement clair, pédagogique et honnête. La maire de Lille est dans le mensonge, elle est dans la magouille et l’enfumage . Il est clair que je ne voterai en aucun cas pour elle,  parce qu’elle ne nous dit pas la vérité, parce qu’elle n’a aucune envie de s’expliquer devant les militants, parce que nous sommes là au degré zéro de la politique.

 

Bien sûr, il est aisé face à cette politicienne entêtée, d’opposer le comportement limpide et sans menteries de François Hollande. Il est le seul à avoir depuis le début des manœuvres, annoncé sa stratégie et les bases de son action. Il est le seul dont le parcours est compréhensible et accessible aux militants. Plus que jamais je fais des vœux pour que sa trajectoire se maintienne dans cette ligne. Nous avons besoin d’un Président simple et droit, pas d’une équipe obscure et composite, mal définie, dont nous ne savons pas ce qui pourra naître des chapeaux magiques du marchandage et des manoeuvres de clan.

 

Tous comptes faits je pense que Martine Aubry est une vieille routière de la politique à l’ancienne, matoise et cachottière. Il ne lui est pas venu à l'idée que son accord avec DSK l'avait du même coup disqualifiée. Elle  entend bien reprendre l'avantage comme si de rien n'était. Désolé, il faut bien rappeler que les faits sont là, ignominieux,  porteurs de  honte et de débandade.  L'accord de Marrakech pèsera de tout son poids sur la suite des évènements. L'élection de Martine Aubry  ne présagerait rien de bon pour la France.

 

 

 

 

03/05/2011

DSK et les antisémites

 

dsk,présidentielle,antisémitisme,sionismeNe pas aimer un juif sous prétexte qu’il est juif est une totale ineptie. Nul ne saurait juger une femme ou un homme en fonction de sa religion, de son origine ou de sa couleur de peau. Pris comme des individus, les êtres humains sont tous des frères, sans discussion possible, et ils méritent tous  considération et respect,  d’autant plus  qu’ils sont fragiles et sans défense. La génétique humaine, complexe,  est partout à l’œuvre et peut éclore à tout instant de miracles imprévus.  L’intelligence n’a pas de race, le génie non plus. Bien sûr des monstres peuvent aussi se cacher sous toutes les latitudes.

 

 

Dans ces conditions,  on se demande pourquoi certains quartiers réunissent des Indiens ou des Antillais, des Juifs ou des Chinois, des Pakistanais ou des Arabes. Car la réalité nous oblige à constater que les gens se rassemblent par affinités linguistiques, sociales et culturelles.  Si ces gens,  un peu différents du Français lambda se trouvent plus ou moins regroupés, c’est sans doute parce qu’ils se trouvent en commun des défauts ou des qualités que les autres n’ont pas. Ils affirment ainsi leur différenciation et donnent  à notre concitoyen moyen, matriciel et indistinct, mais quand même souvent blanc et baptisé,  des arguments généralisateurs, totalisants, et pour tout dire « racistes ». On ferait mieux de dire « ethnicistes » car ils tiennent souvent du folklore et des habitudes de vie singulières, plutôt que de la race.

 

 

Autrement dit la première connotation raciste est écrite par les communautés elles mêmes qui se regroupent et se singularisent. Une des tentations les plus fortes dans notre société est celle de l’antisémitisme. Cette forme « d’ostracisme » a des origines historiques et se perpétue de nos jours plus que jamais.

 

Les membres de la communauté juive sont les premiers à se reconnaître entre eux et à s’affirmer comme juifs. Ils reconnaissent leur appartenance à leur grande communauté internationale, une diaspora qui va des USA aux lointains bleds du Sahara et de la Sibérie, et de Moscou à d’Istanbul. On ne saurait reprocher à ces gens leur attachement culturel à Israël, qui vaut celui des Arabes à Bagdad ou des Catholiques à Rome. La diversité et la puissante civilisation de ces peuples  ne peuvent (et ils le prouvent tous les jours) qu’apporter des bienfaits à notre commune humanité. Sans compter qu’avec la Shoah,  il est clair que rien qui pourrait banaliser cette horreur humaine ne peut être prononcé, ni entendu, ni admis. Il reste cependant une communauté avec ses organisations, ses systèmes de défense et de conservation, voire ses politiques d’occupation du pouvoir.

 

Parmi ces politiques, celle du sionisme  a établi un  Etat  juif en Palestine  qui aujourd’hui encore, est au centre  de nombreux troubles à la paix mondiale. Cette politique est généralement soutenue par la communauté juive. Pour mon propos et sans lui faire injure, je reprends une déclaration de DSK au Nouvel Observateur : « Je considère que tout juif de la diaspora, et donc de France, doit, partout où il peut, apporter son aide à Israël. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des responsabilités politiques. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l'ensemble de mes actions, j'essaie d'apporter ma modeste pierre à la construction d'Israël. » (Nouvel Obs, n°2405, 2010). C’est à ce propos qu’on ne peut taire l’origine juive de DSK dont il craint lui même qu’elle ne le desserve dans son projet d’élection au Poste de Président de la République française.

 

Le plus incroyable dans tout cela c’est qu’aucun commentateur ou homme politique n’ose aborder la question. J’en connais pourtant qui font les malins à tout instant sur nos ondes. Sans doute ont-ils peur d’être taxés d’antisémitisme,  accusation tranchante qui vous exécute un journaliste en un clin d’œil. Et pourtant on ne peut interdire d’appeler un chat un chat. Dire que DSK est d’origine juive et Anne Sinclair-Rosenberg qui participe à sa campagne, également,  ne peut être une insulte. La France a prouvé avec Blum et Mendès-France qu’elle ne se souciait pas de cela quand l’homme avait le mérite de la fonction. A l’instant même,  j’ai malgré tout la désagréable impression de transgresser un tabou. Il me semble que DSK et ses soutiens vont devoir prendre ce problème à bras le corps. Préfèrent-ils que ce soit la femme Le Pen  et d’autres de la droite bien rance ou de la gauche stalinienne utilisent l’argument en douce, comme un péché inavoué ?

 

Je préfèrerais clamer haut et fort l’attachement ou non à ma communauté plutôt que de laisser les autres en décider. Je ne peux pas envisager un instant que DSK , le leader socialiste et le patron du FMI ne nourrisse pour Israël des sentiments et des projets politiques qui nous mènent à la paix avec les pays arabes et surtout redonnent aux Palestiniens dignité et prospérité. J’attends qu’au cours de la campagne qui s’annonce, la question soit clairement tranchée de la manière la plus explicite qui soit, et que DSK se désolidarise du gouvernement israélien actuel et dise son opposition  au mythe du Grand Israël.

 

Nos concitoyens sont devenus des adultes, ils ont le droit de savoir pour qui et pour quoi ils votent . Ils ont aussi le devoir de bien soulever les tapis pour s’assurer qu’il ne traîne pas quelque part des balayures maudites qui pourriront  l’histoire à venir de notre pays.

 

P/S : J'apprends que DSK nous a fait le coup "de la Porsche tranquille" la semaine dernière. Est-il inconscient ? si il y a quelque chose dont les Français ne veulent plus c'est bien du bling-bling à la Sarkozy. La Mégane décapotable de Jospin était déjà limite. Un président normal dit François H. , voilà ce que les Français souhaitent. Il a raison.