lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2010

Justice et liberté

sarkozy balladur karachi(1).jpg

Je reviendrai sur l’affaire de Karachi qui est loin d’être terminée, mais il faut bien convenir que tout comme dans le scandale Bettancourt, nous avons assisté à une suite de dénégations de la dernière effronterie, qui nous donne une bien piètre idée de nos politiciens. Pour le moment, ce sont les Messieurs de la droite qui jouent les Pieds Nickelés,  mais je ne serais pas surpris qu’en cas de nécessité,  la même veulerie frappe nos camarades de la Gauche.

Des fables,  assène le caïd de Neuilly, je n’ai jamais entendu parler de commissions susurre l’onctueux Balladur, je ne connais pas Mr de Maistre a proclamé Woerth,  silence dans les rangs signifie Chirac, n’en parlons pas clament les lieutenants et les sous-lieutenants. Tous ces gens là nous jouent la célèbre omerta des maffioso.  Par infortune, des directives, des circulaires, des sous-fifres,  démontrent que ces Messieurs  mentent avec un aplomb admirable. Nous autres gens du peuple sommes vraiment des benêts que de les croire. Il s’agit de morts d’hommes et ces pères La Morale nous donnent des leçons ?  Qui vole un œuf vole un bœuf et qui ment à un moment ment tout le temps.

 

Le crime appelle le châtiment. Nous sommes en démocratie et nous avons besoin de la Justice pour remettre en place ces coupe-jarret de la Politique et des Pouvoirs Constitutionnels. Soyons attentifs à tout ce qui peut menacer l’indépendance des juges et à tout ce qui peut dégrader un peu plus l’appareil judiciaire. On a bien cru  qu'un forfait  allait s'accomplir avec la disparition programmée du juge d'instruction indépendant .  La justice est la vertu cardinale du fonctionnement de nos sociétés. Quand un Etat délinquant met la haute main sur la justice on est tout prêt d'une dictature. La paix sociale repose sur le respect du droit et de la chose jugée.

 

Si le bras de la justice peut et doit limiter les dégâts du renard en liberté dans le poulailler, la liberté est malgré tout, aussi nécessaire aux hommes que le pain et l’eau. Sans liberté pas de rêves et pas de création. Sans liberté, les hommes ne sont que des clones asservis qui défilent en cortéges en bêlant comme des moutons. Malheureusement, certains d’entre nous n’ont pas de respect pour leurs semblables et se rangent d’emblée parmi les dominants qui mangent avant les autres et occupent les meilleures places, même s'ils doivent mentir comme des arracheurs de dents. Pour limer les crocs de ces prédateurs, il faut que la Justice veille, en toute responsabilité, en  authentique troisième pouvoir.

 

Mon souhait de vieil homme est que la Justice passe et que la Liberté demeure.