lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2012

Les rats quittent le navire

rats de la finance,dassault,lagardère,arnault,gouvernement,gauche

 

Ils menacent de quitter le navire France. Les 1% de nantis qui nous gouvernent par lobbys interposés vont devoir trouver de nouvelles stratégies. Certes, ils ont pour l’essentiel le contrôle des médias et celui des grands mécanismes financiers. Ils peuvent tout acheter , les grands yachts et les petits esprits, y compris  la justice et la loi. Jusqu’ici,  les tractations avec le gouvernement élu de la France s’opéraient secrètement. Les visiteurs de l’Elysée empruntaient nuitamment les portes de derrière réservées à l’usage des domestiques. Des petits Alain Minc trottaient partout comme des rats dans les couloirs. Des Bettancourt plus ou moins débranchés pouvaient corrompre à tout va. Le jeune Lagardère pouvait minauder avec sa starlette sans qu’on lui demande des comptes. Tapie pouvait étaler le fruit de ses rapines publiques sans être inquiété. Les accords se scellaient contre monnaie et privilèges. La suprématie des plus riches était assurée par des accords de classe inavoués. En un mot les nababs étaient adulés et cités comme des exemples vertueux.

 

Cette collusion politico-financière est justifiée à droite par le chantage au chômage et à la fuite des capitaux. D’ailleurs on voit Fillon et Copé en rajouter dans ce registre sans qu’à aucun moment on ne songe à leur reprocher l’irresponsabilité et la lâcheté de leur attitude. Le pouvoir politique qui réclame qu’on se couche devant les moindres désirs  de nos élites du Gotha financier est d’évidence corrompu. Le tintamarre orchestré autour de la tranche d’impôts à 75% est éloquent. Tous les éditorialistes redoublent de verve pour agonir notre gouvernement et notre Président. Les valets aboient pour protéger leurs maîtres car leur place en dépend. Au Figaro comme un seul homme, au Point, à l’Express, on rivalise d’invention, de morgue et de mauvaise foi. On lance des rumeurs pour mieux se plaindre. La fausse nouvelle est employée chaque jour et attribuée aux milieux autorisés ! Ah Coluche tu nous manques !

 

Les cris sont perçants et l’agitation est intense. Le scandale est permanent. On nous présente les exilés fiscaux comme des héros. Le patriotisme est foulé aux pieds.  La trahison est louangée par nos plumitifs  et les attentats à la solidarité nationale sont justifiés. Les puissances occultes sont éditées et mises en batterie par Dassault, par Lagardère, par Bouygues, tous ces misérables héritiers qui n’auraient jamais existé sans leur père et qui aujourd’hui font la pluie et le beau temps au Figaro, à Europe 1 et à TF1 !

 

Seulement depuis 100 jours, le pouvoir politique a changé de nature. Les patrons sont reçus au grand jour et les pourparlers ont lieu ouvertement. On a même tenté de salir le Président et le Chef de Gouvernement en les suspectant de complaisance par cette invitation officielle ! Nous allons connaître ce soir par François Hollande les conclusions du deal. Je gage qu’elles ne seront pas favorables à nos 1% de cancrelats parasites. Ce qui expliquerait qu’on ait assisté toute cette fin de semaine à une véritable bronca orchestrée dans les journaux et les télévisions. Il va falloir que les amis de Sarkozy se fassent une raison. Ils peuvent changer de nationalité ou de résidence. Ils peuvent mettre leurs sous (ce qu’ils font déjà) en Suisse, à Monaco, à Jersey ou aux Caïman , mais ils ne pourront pas en même temps nous donner des leçons de moralité ni se revendiquer de leur génie créatif. Ils seront définitivement  des petits boutiquiers sans grandeur, parasites et apatrides.