lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2012

Les pieds nickelés

P-3562-les-pieds-nickeles_621.jpg

 

La droite garde un gros poids sur l’estomac. Les lendemains de défaite sont indigestes. Contrairement à toutes les prévisions, la gauche au pouvoir n’a entraîné aucune catastrophe économique ni aucune déroute des affaires françaises à l’étranger. Le pays est calme et dans l’ensemble les gens respirent. Malgré tout, les pythies continuent de propager leurs clameurs sur nos ondes. Vous n’avez rien vu ! disent-elles, tous les maux sont à venir. Tiens donc ! A défaut de faits avérés on utilise la menace et les peurs.

 

Le plus pathétique, le plus dérisoire, le plus contraire à tous nos usages démocratiques est de s’en prendre à notre action dans l’affaire syrienne. Comme si la France avec ses petits poings, pouvait à elle seule faire céder la Russie et la Chine sur le sujet. L’affaire est d’autant plus bloquée que ces pays ne veulent pas voir se renouveler  les mauvaises manières qu’on leur a faites à propos de la Libye. Mais on sait que la droite française ne recule devant aucun paradoxe ni aucune mystification pour servir ses propres intérêts.

 

Sarkozy lui-même, que la défaite devrait rendre silencieux pousse le culot jusqu’à téléphoner aux dissidents syriens  comme si il était encore Président, feignant de croire qu’il pouvait y avoir encore deux politiques étrangères de la France. Je m’attends bien sûr à ce que le clan sarkozyste s’enrôle dans la Légion de soutien aux syriens, comme du temps de la guerre d’Espagne les tenants de la République libre allaient combattre à Barcelone et à Madrid.

L’excellent Fillon qui n’a jamais été que le sous fifre du quinquennat précédent se risque même à donner des conseils d’initiative à François Hollande !

 

Toutes ces gesticulations sont bien sur destinées aux militants de l’UMP et à la campagne pour s’assurer les commandes du vaisseau amiral, chargé du pactole des financements publics et privés. Les enjeux sont lourds. Le clan Sarko-Copé doit tenir les autres à l’écart s’il veut sauver sa peau et s’épargner les sombres lendemains qui mènent devant la justice. Dans l’état actuel des choses ces gens-là qui ressemblent assez  à une bande mafieuse, ne bénéficieront pas de la mansuétude qui a sauvé Chirac après sa présidence.

 

Si on en croit Médiapart qui nous tient au courant des progrès des différentes enquêtes concernant le financement de la campagne électorale de l’Archevêque Edouard, les preuves s’accumulent qui prouvent l’existence de rétro commissions sur les marchés d’armes avec le Moyen Orient. Des mallettes de billets ont circulé et on a vu des enrichissements personnels carrément suspects. Ils se croyaient intouchables titre Médiapart ! Pour combien de temps encore ?