lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2011

Face aux nouvelles démocraties arabes, Israël va jouer sa survie

 

 

pays arabes, Israël, moyen-orientJe suis inconscient ce matin ou alors téméraire, quasi un kamikaze de l’écriture, transbahutant dans sa plume des mots ou des idées qu’une bande d’intellectuels sont prêts à me faire exploser dans la nuque. Ma seule sauvegarde est mon insignifiance. La modestie de ma personne fait que peu de gens me lisent (tout en étant chaque mois un peu plus nombreux pour mon grand plaisir). Et puis l’abdication de Moubarak me donne de l’enthousiasme . La bande d’intellectuels en question me révolte par son aveuglement et ses paradoxes. On la voit tous les jours à la télé emmenée par des vedettes au premier rang desquels je nomme Alexandre Adler, Finkelkraut, et BHL, pour les plus pathétiques, mais il y en a bien d’autres de la même semoule.

 

On attend de ces intellectuels,  manieurs habiles de la pensée, qu’ils fassent preuve de rationalité, avec des raisonnements  étayés par des déductions de cause à effet pertinentes, claires, originales,  et compréhensibles par toute personne moyennement cultivée. C’est bien ce qui se passe en effet la plupart du temps, sinon on serait dans la magie. C’est ce qui se passe… tant qu’on reste hors du champ défendu, celui de toutes les haines mythiques et mystiques, celui des steppes dévastées par la guerre, je parle du camp embrasé par la foi, bonne et mauvaise, celui du sionisme et des arabes.

 

Quand on entre là tout se détraque. Nos trissotins souvent sémites eux mêmes, se mettent illico à dérailler. Ils manient les paradoxes d’un air entendu et pleurnichard. Après avoir critiqué partout les dictatures arabes dont Israël aurait été le rempart de protection pour notre veule Occident, les voilà qui considèrent d’un œil torve et méfiant l’émancipation des citoyens de Tunis et du Caire. « - Certes , certes,  ce pas vers la démocratie ne peut être condamné, disent-ils,  mais considérons qu’elle ouvre la voie aux extrémistes islamiques qui vont bien sûr se retourner contre Israël et réclamer sa destruction. On peut ainsi déboucher sur une période de troubles et de combats armés. » Ils oublient de dire ces penseurs au large front qu’aujourd’hui même, c’est déjà la guerre ! avec les dictatures en prime.

 

« - Vous voyez bien, poursuivent-ils que les frères musulmans sont la seule force organisée en Egypte. » Peu importe que la place Tarhir soit occupée par des jeunes gens qui ne se réclament en rien de l’islam : leur seul signe distinctif c’est le téléphone mobile et le PC portable. Ah qu’elle est rafraîchissante cette image  de la centrale de rechargement des batteries,  improvisée sur le trottoir en pleine manif ! La nouveauté est là, pas dans les fidèles agenouillés tous ensemble comme il est de bon ton depuis des siècles. Les peuples arabes sont en train d’être rattrapés par la modernité et Israël a peur parce qu’il s’est enlisé dans un combat d’un autre âge, celui de la Torah .

 

Le Pharaon vient d’abdiquer, l’équilibre des forces est modifié et d’un coup fait pencher le plateau de la balance vers les démocraties arabes, qui vont venir s’associer au puissant voisin turc et pas à l’Iran, comme on voudrait nous le faire croire. Israël doit comprendre que son avenir est dans la négociation avec ces nouvelles puissances qui vont entraîner, démocratie oblige, le Moyen Orient vers des solutions pacifiques et justes. Il faut que les sionistes extrémistes mettent en sourdine leur rêve millénaire du Grand Israël construit aux dépens de la Palestine. Ils doivent rapidement abattre le mur de  la honte qui sépare et le pays et les esprits. Il faut stopper la politique du pire. Il faut faire une place à l’Etat palestinien, vite, puissamment en montrant de la bonne volonté au lieu de la mauvaise foi habituelle. A mon sens c’est une question de survie.