lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2010

Titre de la note : Eric BESSON, L'HOMME DE RIEN

Besson.jpgBesson est très intelligent, trop intelligent, il a réponse à tout. Il n'a pas son pareil pour clouer le bec à ses détracteurs. Imperturbable, il tient face aux Français et au monde, un discours qui ferait scandale  dans la bouche de Le Pen, père ou fille. L'inconvénient c'est qu'il ne croit pas un mot de ce qu'il dit. Besson ne croit à rien sauf à son ambition personnelle. Il se veut  le plus léger du rata politique, pour être sûr de bien surnager en toutes occasions.

 

L'audace incroyable avec lequel il a tourné sa veste en pleine campagne présidentielle nous prouve qu'il tient cachée en permanence l'arme qui peut tuer  ses propres amis, pour assurer sa  promotion. Un tel animal est à certains égards admirable, en tout cas étonnant. Il a eu la chance de rencontrer  son mentor (pour du coup) Nicolas qui ne s'embarrasse pas non plus de moralité. A la pêche aux requins, le petit Président ne dédaigne pas les espèces vénéneuses et inconsommables : Besson en est une.

 

Mais Besson laisse percer ses faiblesses, comme Rachida ses pensées intimes. Le félon BCBG n'en finit pas de régler ses comptes avec le Parti Socialiste. Il ne cesse de rappeler à ses anciens camarades leurs faiblesses, leurs manquements, leurs paradoxes,  quitte à remonter l'histoire trente ans en arrière. Il montre ainsi le doute qui le taraude. A-t-il bien fait  de jeter subitement ce qu'il adorait la veille ? Je ne suis pas sûr qu'il ne voit pas dans les yeux des militants ou des sympathisants de gauche,   et même dans ceux de ses nouveaux amis de l'UMP, la nuance de mépris qu'on réserve toujours aux traîtres. Dans toutes les armées du monde, tôt ou tard,  les traîtres sont fusillés.

 

Il est impossible que cet homme cultivé et intelligent n'ait pas deux sous de jugeotte, une once de recul, un brin de doute sur la noirceur de sa conduite, brocardée partout et caricaturée à l'envi. Sans doute fallait-il un tel personnage pour jouer le rôle du méchant, plus méchant que le plus con des BOF,  raciste et xénophobe, dont l'unique utilité est de tenter de faire remonter le petit Nicolas dans les sondages. Alors je lui pose la question à Monsieur Besson : quand la séquence aura été jouée jusqu'à son terme et que vous ne serez plus qu'une ex-prise de guerre, inutile, encombrante et honteuse, Monsieur le Tout Beau Ministre,  que vous restera-t-il de ce maroquin de quatre sous, chiffonné et déshonorant ?