lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2011

Sortir du nucléaire

 

industrie_nucleaire.jpg

Au Japon, le système capitaliste libéral nous administre la preuve qu'on ne peut pas compter sur les entreprises privées pour assumer leurs devoirs de sécurité et de protection civiles. La catastrophe de Fukushima porte un coup très rude à la crédibilité et à la fiabilité des installations nucléaires. Il vient s'ajouter au passif déjà lourd de Tchernobyl et de Three Miles Island. En y ajoutant les difficultés entraînées par la gestion des déchets radioactifs et le démantélement des installations obsolètes, on a maintenant un faisceau d'arguments en faveur d'un abandon programmé de ce type d'énergie.

 

Cependant la sortie du nucléaire est au moins aussi compliquée que sa mise en oeuvre. Les écologistes donnent chaque fois l'impression qu'ils veulent que la décision soit prise tout de suite avant de savoir comment faire. Ce n'est pas acceptable. Il faut réclamer en toute priorité la transparence des contrôles et l'absolu monopole des pouvoirs publics en la matière. Il faut dans un deuxième temps programmer la modernisation et la sécurisation de nos centrales tout autant que la montée en puissance des solutions alternatives. Toute retraite dans le désordre deviendrait criminelle.

 

Les Verts devraient prendre conscience que leurs imprécations sont contre-productives et génératrices d'insécurité.Il y aura un avant et un après Fukoshima. De toute évidence il faut tirer les leçons techniques, humaines et politiques du drame. Aux défenseurs de la planète d'ouvrir le dossier avec courage, lucidité, précision  et raison. Ce projet devra être porté par notre futur candidat aux présidentielles.