lalettreducotentin

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2010

Mourir pour mourir, je préfère mourir vieux

 

mortibus_WEB.jpg

Et je ne suis pas le seul : il suffit de voir tous ces sexagénaires s'ébaudir dans les salons d'aéroport ou sur les plages tropicales, entre deux palmiers complaisants. Je ne partage pas ces plaisirs futiles de l'hédonisme primaire car je trouve que c'est dans la tête qu'on se fabrique les plus beaux voyages, c'est bien plus beau, c'est moins fatiguant et on ne risque pas d'attraper bêtement le choléra.


Assuré du pain quotidien, d'un vrai  toit et de la chaleur d'un  bon feu (nonobstant le réchauffement climatique), qui sont les luxes indispensables aux personnes âgées en bonne santé approximative, on peut concevoir le vieillissement, non pas comme un naufrage, mais comme l' ascension de l'ultime montagne.


Malgré mes rhumatismes et mon souffle court je ne m'imagine  pas dans une descente qui ne pourrait mener à terme que six pieds sous terre. J'ai plutôt conscience de gravir doucement, un à un, les degrés d'une valeur qui m'est chère, celle de la liberté. L'escalier de cette tour là, qui est la mère de toutes les dignités, est interminable. A chaque palier on laisse derrière soi toutes les chaînes. Close la dépendance du patron, close l'urgence de l'éducation des enfants, closes les amours égoïstes et désajustées, closes mêmes,  les peurs du lendemain et de la mort.


Je comprends le désespoir et la douleur qu'engendre la mort des hommes et des femmes encore jeunes. Un sentiment d'inachevé. Une réelle injustice . Une sorte de gaspillage des ressources génétiques et sociologiques du groupe. Je n'en finis pas de m'apitoyer sur la mort de mon père à trente deux ans et de m'affliger de celle de mes amis éteints trop tôt. Ils auraient pu faire tant de choses en restant en vie. Rimbaud, Mozart, combien d'autres ?


Je vois  bien que la vraie raison du sourire béat du vieillard est la satisfaction du destin accompli, que nul accident ne peut plus interrompre. Quand le regard s'estompe et que la petite musique de la vie s'assourdit dans des artères qui se referment, le vieil homme (ou femme) devenu sage enfin, peut lâcher la rampe et faire un signe de la main à ceux qui restent. Cependant «si  rien n'est plus sûr  que la mort,  rien n'est moins certain que l'heure d'ycelle... »



En attendant, avec l'esprit plus libre que jamais, il n'y a pas de meilleure place pour profiter de la vie. Esprit libre, esprit fort. Les hommes libres sont des héros. Si vous avez bien suivi mon raisonnement, il s'en suit que vieillir est un acte héroïque. Alors si vous croisez un ancêtre au pas hésitant et au regard vague, saluez le gentiment, il a vaincu pour de bon toutes les peurs du monde.